La vision d'Hugo Daumet pour Valergues son village

Publié le

Hugo Daumet, 18 ans, nous l’avons rencontré récemment, il nous a fait part dans un précédent article publié par le Journal de Valergues de son expérience lors de la journée de défense citoyenne et de ses objectifs professionnels au niveau du management international et la diplomatie mais aussi son envie d’intégrer la Garde républicaine, ce qui n’est pas incompatible avec la poursuite de ses études. Aujourd’hui nous publions la suite de notre entretien avec son opinion sur son village : Valergues.

 

Hugo, bien sûr comme tous les jeunes de ce village aime la fête, les ami(e)s, les bons moments passés ensemble. Mais, il reste un peu sur sa faim. Car en gros, en dehors des fêtes, il se passe peu de choses « Ce que je reproche à Valergues et même dans tous les petits villages c’est que c’est très peu animé d’une manière générale. Je pense que la gestion nationale du pays impacte aussi les petites communes… » estime Hugo, qui déplore par exemple que «les gens ne peuvent peut-être pas se permettre d’aller régulièrement au bistrot de Valergues, si ils font ça régulièrement ça a un coût. (…) si on développait le pouvoir d’achat des français, ils pourraient se permettre de prendre plus de pizzas chez Gino, d’aller à l’épicerie de Valergues, au restaurant ou au café… ». Le jeune homme déplore également le manque de vie dans le village  « je trouve que c’est dommage des fois je vais au tabac acheter des cigarettes, je traverse le village et je vois que c’est vide, il n’y a personne, c’est dommage, car je trouve en plus que Valergues est un beau village qui a des atouts à développer… ».

Hugo a souhaité aussi, nous donner son opinion sur le nouveau stade, qui a été l’objet de tant de polémiques: «ce stade qu’on a fait à Valergues, je trouve que c’est bien, mais il devrait être bondé de jeunes, les jeunes devraient pouvoir venir s’entraîner tout le temps, ils pourraient venir avec leur famille.  Le problème, c’est qu’ils investissent dans des projets comme ça, qui pourraient être bien pour la jeunesse, mais ils ne sont pas à disposition de celle-ci». Hugo a conscience qu’il n’est pas aisé de gérer une commune et de contenter tout le monde, mais il pense qu’il faut améliorer des choses, développer la solidarité entre les gens, il trouve aussi que souvent la jalousie prend le dessus sur celle-ci «ça peut changer, dit-il, il y a une nouvelle génération qui s’installe à Valergues ».

Hugo aimerait aller à la rencontre des valerguois, pour les connaître et leur demander ce qu’ils pensent qui pourrait être bon pour leur village, écouter ce qu’ils ont à dire quels sont leurs besoins… Mais pour le moment il s’investit dans ses études, il veut mener à bien ses projets. Il est clair, que le jeune homme a un regard lucide, critique mais bienveillant sur son village.

Et si c’était ça l’avenir… Cette belle jeunesse humaniste, ambitieuse et porteuse de belles valeurs.

Eloi Martinez

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article