La cérémonie d'hommage aux victimes de la déportation s'est déroulée ce matin

Publié le

La cérémonie d'hommage aux victimes de la déportation s'est déroulée ce matin
La cérémonie d'hommage aux victimes de la déportation s'est déroulée ce matinLa cérémonie d'hommage aux victimes de la déportation s'est déroulée ce matin

Peu de monde ce matin à 11h lors de la cérémonie d'hommage aux victimes de la déportation au Monument aux Morts. Malgré la pluie et le vent, quelques valerguois étaient présents. Parmi les élu(e)s s'étant déplacés: le Maire Jean-Louis Bouscarain, Gérard Ligora et Cathy Pohl adjoints et Pierre Libes conseiller municipal. La peña de Valergues bien représentée devait accompagner la cérémonie par l'hymne La Marseillaise et le Chant des Partisans. le Maire prenant la parole devait souligner les dangers d'une guerre à nos portes, il dédiait cette cérémonie à Bernard Chirol récemment décédé qui était un fidèle porte drapeau. A la suite c'est le premier adjoint Gérad Ligora qui devait lire de message de la fédération Nationale des Déportés Internés et Résistants Patriotes (FNDIRP) pour rendre hommage aux victimes de la déportation.

E.M.

 

Message national de la FNDIRP

lu par Gérard Ligora 1er adjoint

La Journée Nationale du souvenir des victimes et des héros de la Déportation est chaque année l’occasion de rappeler des événements que l’humanité a condamnés et que nul ne souhaite voir se reproduire. Il y a 77 ans prenait fin en effet le système concentrationnaire et génocidaire nazi dont le monde découvrait l’horreur, à mesure de la progression des Armées alliées et des récits des survivants. Ce système fut l’instrument de la destruction d’une grande partie des populations juives et tsiganes d’Europe. Il fut aussi le lieu de détention et de martyre de centaines de milliers d’hommes, de femmes et d’enfants, déportés pour leur résistance à l’occupant, pour raison politique, du fait de leurs origines, de leur religion, voire de leur orientation sexuelle, ou dans le cadre de rafles de représailles. Confrontés à la mort omniprésente, à la déshumanisation programmée, à la terreur, aux souffrances incessantes que la faim, la maladie et la brutalité de leurs gardes leur infligeaient, nombre de déportés surent pourtant organiser une résistance et une solidarité exemplaire que beaucoup payèrent de leur vie mais qui sauva de nombreux autres. Sortis de cet enfer, fidèles aux serments qu’ils prononcèrent à la Libération, aux idéaux de Liberté, de Fraternité et de Paix, de nombreux survivants prirent une part active à la construction d’une Europe nouvelle, voulue pacifique et solidaire, et militèrent inlassablement pour que partout dans le monde soient respectés les droits de l’Homme, la liberté et la démocratie. La résurgence d’idéologies porteuses d’exclusions, les tentatives de réécriture de l’Histoire nous font aujourd’hui obligation de poursuivre leur combat et d’entretenir les valeurs qu’ils ont portées, dans un monde marqué par les guerres, la pauvreté, les inégalités, le dérèglement climatique, qui jettent sur les routes d’un exil souvent sans issue et mortifère, des milliers d’êtres humains en détresse. Dans un monde où l’on voit ressurgir le spectre des dictatures, des replis nationalistes et des frontières qui se ferment, l’espoir pour l’avenir réside dans la pérennité de ce combat. Ce Message a été rédigé conjointement par La Fédération Nationale des Déportés, Internés, Résistants et Patriotes (FNDIRP), La Fondation pour la Mémoire de la Déportation (FMD) et les Associations de mémoire des camps nazis, L’Union Nationale des Associations de Déportés et Internés de la Résistance et Familles (UNADIF – FNDIR)

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article