Portrait: Hugo et son ambition professionnelle, citoyenne et républicaine

Publié le

Hugo Daumet, 18 ans, le jeune valerguois se destine à une carrière professionnelle internationale et souhaite servir son pays dans la Garde Républicaine

Hugo Daumet, 18 ans, le jeune valerguois se destine à une carrière professionnelle internationale et souhaite servir son pays dans la Garde Républicaine

Hugo Daumet, 18 ans, jeune valerguois, a récemment effectué sa "journée défense et citoyenneté". Cette journée a pour rôle d’informer sur les institutions françaises, les droits et les devoirs du citoyen. 

Hugo a effectué cette obligation citoyenne à Palavas. Pour lui, ça été un révélateur et il se trouve désormais conforté dans ses ambitions professionnelles. Nous l’avons rencontré, il nous a fait part de cette expérience et de ses projets.

Mais tout d’abord qui est Hugo ?

Né au Népal, il a été adopté, à l’âge de cinq ans, par un couple de valerguois : Cécile et Pierre Daumet ce dernier dirige la société « Vert Espace et Piscines » à Lunel Viel. Hugo a suivi toute sa scolarité à l’école privée bilingue internationale de Baillargues où nous dit-il "il y a beaucoup d'élèves de nationalité différentes, mes parents ont pensé que c'était mieux pour moi , j'y prépare actuellement un bac international dont l’épreuve aura lieu dans un mois."

Depuis la troisième, tous les cours sont dispensés en anglais et hormis cette langue, Hugo apprend aussi le chinois et l’espagnol. En août, il va intégrer l’Ecole Supérieure de Commerce de Paris (ESCP) pour une durée de cinq à huit ans, afin de se destiner à une carrière internationale dans le domaine du management international et dans la diplomatie. Pas de problème pour le jeune homme qui affiche clairement son ambition "c'est un peu relié, que tu diriges une entreprise qui a pour but de faire du profit ou que tu diriges une équipe au gouvernement, c'est vraiment dans le management à haut niveau que je compte diriger..."

Parallèlement Hugo souhaite intégrer la garde républicaine dans la gendarmerie. Il a découvert cette opportunité lors de sa journée de défense citoyenne. Une journée où l'armée informe les  jeunes comme nous l'explique Hugo: " ils développent des sujets sur la défense française, sur les buts de l'armée de l'air, de l'armée de terre... Ils nous présentent les moyens militaires pour la France, autant pour le pays que pour l'étranger. Ils nous ont aussi donné pas mal d'exemples d'interventions qu'ils ont faites à l'étranger, comme dans le Nord de l'Afrique ou encore dans le Golfe, sur la côte Est de ce continent, et aussi l'impact que ça pouvait avoir sur notre pays... c'était très intéressant, on nous a parlé aussi de la garde nationale, de la réserve nationale, le but de la journée était aussi de sensibiliser sur le besoin d'avoir une armée et des moyens de défense puissants. Parmi les participants à cette journée, il y avait beaucoup de gens différents venus de lycées privés, mais aussi de tous les lycées de Montpellier et je trouve ça très sympa, au final on se sent tous concernés. Nous étions par petits groupes, il n'y a pas de langue de bois, on peut poser toutes les question qu'on veut, ils vont nous répondre. 

Pour Hugo, son parcours est fait d'opportunités, qu'il ne se prive pas de saisir, tout d'abord avec cette école internationale à Baillargues puis avec cette journée citoyenne qui lui ouvre d'autres perspectives complémentaires avec sa future carrière professionnelle. Mais Hugo a fait aussi beaucoup d'autres activités extra scolaires, notamment chez les scouts "au début je ne voulais pas y aller et en fait quand on y est il n'y a pas de jugement peu importe d'où on vient on peut s'éclater. c'est une expérience que devraient faire beaucoup de jeunes" et d'ajouter  "tout cela m'a conforté dans mon envie de travailler dans la politique, dans le management politique".

Au final nous dit Hugo "cette journée a été très intéressante et on apprend qu'il faut être solidaire avec la nation et l'aider s'il le faut. C'est ainsi que j'ai pris la décision deux ou trois jours après y avoir participé de m'inscrire dans la garde républicaine, dans la gendarmerie ."

Les conditions? Hugo précise "Après une formation de quinze jours,  je dois dédier 80 jours de l'année à la garde républicaine, pendant mes week-end et vacances, je suivrais une unité de gendarmerie. Je serais gendarme pendant 80 jours. je le fais par conviction, mais de plus le corps militaire nous apporte un financement pour nos études, entre 500 et 600 euros et un peu plus du smic pour ceux qui travaillent. Ils paient aussi des formations à des étudiants en médecine notamment en les logeant, en les nourrissant pendant huit ans et après ils doivent dix ans en étant médecin militaire, ensuite ils peuvent revenir dans le civil sans difficultés. "

Hugo aura donc, dans le cadre de son projet, un statut de réserviste, mais si il souhaite abandonner ses études, il sera prioritaire pour entrer dans un des trois corps principaux de la garde républicaine.

"Je pense que les jeunes ne sont pas assez informés sur ces possibilités. Mes amis quand je leur en parle il me dise ce n'est pas possible, comment tu peux faire ça. C'est juste qu'il y a un manque de communication. Pour ça c'est bien que je puisse faire part de mon expérience, il est vrai que ça ne m'avait jamais effleuré que l'on puisse faire gendarme à temps partiel et en même temps ses études." 

Hugo Daumet, jeune valerguois de 18 ans, a pris son destin en main et il a mis la barre très haut pour servir son pays, cependant Valergues, ne le laisse pas indifférent, dans un prochain article, Hugo donnera son opinion sur son village. 

Eloi Martinez

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article