Les enseignants du collège de Lansargues tirent le signal d'alarme sur une situation extrêmement tendue

Publié le

Le collège de Lansargues lors de la grève en novembre 2020 dénonçant les conditions sanitaires (photo archives)

Le collège de Lansargues lors de la grève en novembre 2020 dénonçant les conditions sanitaires (photo archives)

Communiqué des enseignants du Collège de la Petite Camargue de Lansargues

L'arlésienne de la modification de la carte scolaire

Depuis plusieurs années le collège de Lansargues voit ses effectifs grossir de manière inconsidérée et dangereuse. En effet, à la rentrée de 2017, l'établissement comptait 807 élèves. À la prochaine rentrée de 2021 il en comptera 930 (soit une augmentation de plus de 15% en 4 ans).

Inauguré en septembre 2002, le collège était alors prévu pour accueillir 800 élèves (comme le montre le plan de masse). En 2004 une Section d'Enseignement Général Adaptée (SEGPA) est créée. La capacité d'accueil du collège passe alors à 864 élèves. Depuis de nombreuses années, les enseignants interpellent les élus locaux et le rectorat sur l'augmentation inquiétante et difficilement gérable des effectifs. Cette dernière est devenue, avec la crise sanitaire et le difficile respect des protocoles, plus que problématique car elle impacte la qualité de l'enseignement, la sécurité des élèves et la sérénité de tous.

Lors des conseils d'administration des mois de décembre 2020 et d'avril 2021 les enseignants ont a nouveau questionné Monsieur Bonnefoux, Conseiller Départemental, sur l'opportunité de la modification de la carte scolaire afin de rééquilibrer la répartition des élèves. En effet, si l'on observe la situation à l'échelle du territoire lunellois et melgorien, on se rend compte de son caractère illogique et inepte. Cinq collèges (Frédéric Mistral et Ambrussum à Lunel, Contrepas à Marsillargues, Etang de l'Or à Mauguio et Petite Camargue à Lansargues)  accueillent plus de 3500 élèves. Parmi ces collèges certains sont en sous-effectif (Marsillargues avec 283 élèves ou Mistral avec 622 élèves) tandis que d'autres comme celui de Lansargues débordent.

Cette situation ubuesque a été débattue lors d'une réunion au conseil départemental le jeudi 18 mars 2021 en présence de Monsieur Calvat Vice-Président du Conseil Départemental délégué à l'éducation et à la culture Monsieur Bonnefoux Conseiller Départemental du canton de Mauguio, Messieurs Carlier, Maire de Lansargues,  Fenoy, Maire de Lunel Viel et Dieulefes Maire de Saint-Just, Madame Bourgoin, Principale du Collège, Monsieur Ferrandez ,Principal adjoint, Madame Esteller Conseillère Prinicpale d'Education,Messieurs Lechable et Rousson, représentants des enseignants, et Madame Picq et Monsieur Chazallet représentants des parents d'élèves.

Il est alors apparu que le Conseil départemental avait un mode de calcul fort étonnant. En effet , ce dernier n'évoque pas pour la capacité d'accueil d'un établissement un nombre d'élèves mais un nombre de divisions. Ces dernières, calculées sur des chiffres obsolètes, comptent en moyenne 25 élèves par classe. Si tous les enseignants pensent avec émotion au temps révolu des classes à 25, il n'en reste pas moins que les chiffres actuels se rapprochent plus des 29 à 30 élèves par classe. Si cette augmentation du nombre d'élèves par classe est déplorée par le Vice-Président qui -à juste titre- affirme qu'elle n'est pas de son ressort, on peut tout de même regretter un mode de calcul irréaliste et poussiéreux.

une modification de la carte scolaire nous paraît urgente et indispensable. Si, comme le préconise le rectorat, chaque classe peut accueillir jusqu'à 31 élèves, le collège de Lansargues pourrait, à l'avenir, au vu de la croissance démographique, dépasser les 1000 élèves à l'horizon 2023-2024. Dans ces conditions, une modification de la carte scolaire nous paraît urgente et indispensable. Cette dernière doit être pensée de manière globale,équilibrée et honnête. Elle doit évidemment prendre en compte la sécurité des élèves, l'amélioration des conditions de travail de chacun, le souhait des familles et respecter l'égalité républicaine. 

Elle doit par ailleurs tenir compte d'une situation extrêmement tendue après plusieurs mois durant lesquels la Vie Scolaire a dû palier, au quotidien, le manque cruel d'effectifs, les agents,les enseignants, l'administration ont dû s'adapter aux différents protocoles sanitaires sans véritable soutien du Rectorat et du Ministère. La modification de la carte scolaire revêt donc un caractère vital pour l'ensemble des personnels et bien évidemment pour les élèves qui ne peuvent plus dans de telles conditions être correctement accompagnés sur le chemin de la réussite scolaire. Gérer les flux n'est pas la mission qui nous incombe et pour laquelle nous avons été recrutés !

Au mois de juin 2021, des élections départementales auront lieu. Espérons qu'elles ne repoussent pas à nouveau la décision aux calendes camarguaises.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article