Elections régionales: Fernidand Jaoul répond au porte parole de Carole Delga

Publié le

La candidature de Laurent Jaoul s’est alors imposée naturellement, au point que plusieurs partis politiques, y compris ceux de la majorité régionale, ont tenté de le récupérer...

Droit de réponse de Ferdinand Jaoul cnseiller régionaal Occitanie aux déclarations de Kamel Chibli (PS) dans Midi Libre: Permettez-moi de rétablir la vérité concernant les propos proférés à mon endroit par Kamel Chibli, directeur de campagne de Carole Delga, publiés ce jour dans Midi Libre. Kamel Chibli affirme que j’ai proposé la candidature de mon fils Laurent Jaoul aux régionales pour me remplacer. Que n’aurait-il pas pu inventer pour masquer la déception de la majorité régionale de n’avoir pas pu me conserver ! Alors rétablissons les faits : lorsque j’ai annoncé, il y a déjà plus d’un an à Carole Delga que je ne me représenterai pas, j’ai perçu sa déception. Mais la Présidente de la Région Occitanie a compris aussi que ma décision était ferme et définitive. Or, ce n’est que plusieurs mois plus tard que mon fils Laurent Jaoul a émergé, à la faveur du dogmatisme politique affiché par les élus EELV et autres animalistes de la Métropole de Montpellier contre les chasseurs, les pêcheurs et les clubs taurins. La candidature de Laurent Jaoul s’est alors imposée naturellement, au point que plusieurs partis politiques, y compris ceux de la majorité régionale, ont tenté de le récupérer. In fine, le choix qu’il a fait me sied parfaitement, dans la mesure où les élus du groupe LR, bien que siégeant dans l’opposition au Conseil Régional, ont toujours voté les dossiers présentés par les fédérations de chasseurs, alors que les élus EELV qui étaient pourtant dans la majorité de Carole Delga, s’y sont toujours opposés. Lors de notre dernière commission, j’ai même demandé publiquement en séance la démission du Président Romain Pagnoux (EELV), arguant qu’il était totalement incompatible qu’il instruise les dossiers “chasse“ en amont avec les services de la région et qu’il refuse de les voter ensuite en séance tout ceci est vérifiable et ce n’est pas avec les propos mensongers de Kamel Chibli que le rôle du politique sera réhabilité dans l’opinion publique.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article