Le Journal du Dimanche lève le voile sur les annonces d'Emmanuel Macron demain

Publié le

Emmanuel Macron devrait expliquer aux français demain soir à la télévision que le plus dur est devant eux

Emmanuel Macron devrait expliquer aux français demain soir à la télévision que le plus dur est devant eux

Le JDV a lu pour vous le JDD

Le Journal de Valergues a lu ce matin le Journal du Dimanche qui titre en Une « Macron veut encore serrer la vis ». Les deux pages suivantes sont consacrées au décryptage de ce titre inquiétant. Le JDD révèle en avant-première quelques annonces du président de la République demain à la télévision.

L’article principal intitulé « Encore plus loin » engage à la lecture. Serrer la vis, aller encore plus loin… mais que nous concocte le président de la République ? Le JDD, qui a ses entrées à l’Elysée, nous donne dans ses colonnes ce matin un avant-goût de la sauce à laquelle nous allons probablement être mangés, et tout au moins de ce que va nous dire Emmanuel Macron ce lundi soir à la télévision.. Hervé Gattegno, qui signe l’article, lance son accroche ainsi « Préparer les français à une épreuve encore plus dure que prévu sans pour autant verser dans le défaitisme : telle est l’équation délicate qui s’impose à Emmanuel Macron dans la préparation de son allocution télévisée pour demain soir juste après 20 heures. Un membre haut placé dans l’exécutif écrit le JDD aurait dit « ce sera un discours churchillien ». Comprendre, écrit le journaliste, « du sang, de la sueur et des larmes ».

Bon, tout ça pour nous faire comprendre que les annonces vont porter sur la prolongation du confinement, jusqu’à probablement la mi-mai peut-être fin mai, toujours selon des sources proches de l’Elysée. Le président réaffirmerait la nécessité impérieuse de limiter les déplacements à l’intérieur du pays ; il indiquerait que la réouverture des écoles se ferait en septembre et qu’il faudra tempérer les ardeurs de ceux qui attendent déjà une reprise progressive de l’économie. « A ce stade, on n’en est pas à envisager la sortie de crise mais à bien faire comprendre à tout le monde que le plus dur est devant nous » explique cette source élyséenne au journaliste du JDD.

« Lever les restrictions trop rapidement pourrait entraîner une résurgence mortelle de la pandémie » avait estimé vendredi le directeur de l’OMS. C’est ainsi que le conseil scientifique était amené à recommander au gouvernement d’aller au-delà des six semaines de confinement préconisées au départ. Et le journaliste de citer l’exemple de la Chine où le confinement a duré deux mois et demi. De son côté le président du conseil italien vient de reporter au 3 mai la fin du confinement. Plaidant pour un allongement de la durée du confinement, Richard Ferrand président de l’assemblée nationale, et macroniste du premier cercle, souligne les dangers du calendrier « le mois de mai, c’est une série de dates qui favorise les rassemblements, explique-t-il, comment imaginer qu’on maintienne les manifestations du 1er mai ? Puis les cérémonies du 8 mai, où les anciens combattants se regroupent devant les monuments aux morts ? Et puis il y a l’Ascension, avec les RTT et les week-ends prolongés. Laisser faire ça serait irresponsable ».

Emmanuel Macron annoncera certainement qu’aucun relâchement sécuritaire n’est en vue : contrôles de police, autorisations de sortie et sanctions aux contrevenants ne seront pas assouplis. Là encore, écrit le journaliste, l’idée serait plutôt d’en rajouter.

Concernant les déplacements entre pays, le président devrait annoncer une limitation à l’intérieur même de l’Europe.

Autre point que devrait aborder Emmanuel Macron : les élections municipales, le deuxième tour n’aurait lieu qu’à l’automne et donc sans annulation totale du scrutin.

Concluant son article Hervé Gattegno revient sur la situation économique, dont la dégradation est ressentie par un nombre croissant de français. Elle ne peut qu’aggraver le climat et renforcer l’envie d’un retour à la normale. Huit millions de salariés sont désormais au chômage partiel, leur indemnisation coûte à l’Etat près d’un milliard par jour… selon un conseiller de Macron cité par le journaliste « avec un pareil casse-tête, ne vous attendez pas à ce qu’il fasse court ». Les vingt minutes habituelles ne seront pas de trop, prévient Hervé Gattegno.

Eloi Martinez

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article