Chronique des municipales (13)

Publié le

Jean-Louis ou Jean-Louis? 

Un pas de plus vient d'être franchi dans la course aux municipales. Les deux listes déclarées se sont présentées aux valerguois.e.s. L'une, celle du maire sortant vendredi soir salle Lucien Rioust et l'autre, celle de Jean-Louis Suau, samedi midi même endroit. 

Deux Jean-Louis, deux styles différents, deux pratiques et expériences différentes. Tout d'abord les choix qui sont faits pour ces deux réunions publiques. "Valergues au cœur" opte pour une présentation faite individuellement, non pas sur scène mais au niveau du public alors que "Avec vous pour Valergues" semble vouloir prendre de la hauteur, en montant sur les planches et en frappant les trois coups.

Une scène bien orchestrée qui se veut "un coup de com" certes, mais qui, si on la décrypte, peut être à double tranchant. Gérer une commune ce n'est pas un jeu théâtral, on ne se met pas dans la peau d'un autre, on ne joue pas un personnage, on est d'abord soi-même avec ses valeurs, compétences et qualités pour être mieux au service des autres. Ce n'est ni du théâtre, ni du cinéma... 

Puis, le choix de ne pas donner la parole à chaque candidat pour se présenter, peut aussi être mal interprété. L'intention louable de faire parler les responsables des trois commissions ( environnement, urbanisme et vie du village), peut en effet vouloir dire que l'on privilégie le travail collectif. A contrario, ne pas permettre l'expression de chacun.e sous prétexte de ne pas rallonger la durée de la présentation laisse un sentiment de frustration pour le public venu pour ça.

Concernant Jean-Louis Bouscarain, il a semblé, lors de sa réunion, être très sûr de lui entouré d'une équipe de fidèles qui a fait ses preuves selon lui. Sûr de lui, car même s'il est devenu maire en 2001 par accident (Daniel Rieusset lui cédant sa place de maire, JL Bouscarain n'était pas tête de liste) il a bien été ensuite réélu deux fois par les valerguois.e.s en tant que tête de liste. Il s'est plu à rappeler, vendredi, qu'en 2014 il a été élu au premier tour alors qu'il y avait trois listes. Sûr de lui aussi, parce qu'il aurait selon lui le soutien de toute l'agglo du pays de l'Or, dont il est un des vice-présidents et puis les futurs projets sont déjà sur les rails sous entendant que le réélire cela facilitera leur réalisation

Ombre au tableau et il s'est bien gardé d'en parler, c'est le mauvais tour que Jean-Louis Bouscarain a joué à son premier adjoint, qui s'est coltiné tous les dossiers difficiles pendant ce mandat et qui aujourd'hui, sauf s'il décide de se présenter de son côté, ne sera plus un élu utile aux citoyens dans leur quotidien. Dommage.

Le maire sortant laisse entendre que c'est à la demande des conseillers qu'il repart. Tout n'était pas si clair il y a quelques semaines encore où certains élus envisageaient de quitter le navire Bouscarain... Quelles ont été les tractations, nous n'en saurons rien, mais Jean-Louis Bouscarain a au moins déjà gagné cette partie dans la campagne à savoir être plébiscité par la quasi unanimité de sa majorité.

On nous annonce de part et d'autre, c'est à dire les deux têtes de listes qu'il va y avoir la fête et que l'on reparlera de la campagne après cette trêve. Mais bien sûr... Et la marmotte...

Eloi Martinez

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article