Chronique des municipales (7)

Publié le

La trêve des confiseurs...

La trêve des confiseurs...

A quel stade en sommes nous de la trêve des confiseurs?

Jean-Louis Suau évoquait récemment une "trêve des confiseurs" dans la campagne des municipales, mais dans la foulée il publie un communiqué concernant le dernier conseil municipal et le point concernant la création d'un futur terrain d'entraînement, déclenchant une riposte cinglante du chargé de communication Renaud Didier (voir nos précédents articles).

Mais au fait, d'où vient l'expression "trêve des confiseurs"?

"L'expression est apparue en France vers 1875, à l'occasion des vifs débats, à la Chambre, entre monarchistes, bonapartistes et républicains, sur la future constitution de la Troisième République. En décembre 1874, « d'un commun accord, tous les groupes de la Chambre jugèrent que l'époque du renouvellement de l'année était peu propice à des débats passionnés. À cette occasion la presse satirique imagine le mot de « trêve des confiseurs » » (Jules Lermina, Fondation de la République française, 1882). « Aux approches de Noël, par une sorte d'accord entre les parlementaires, on ne soulève pas de questions irritantes, qui, troublant l'esprit public, nuiraient aux affaires. Et même, afin de mieux vivre en paix, on se sépare, on se donne des vacances. Donc, point d'aigres propos et pendant cette accalmie, les marchands de sucreries, de gâteaux, de friandises, font, tout doucement, leur petit commerce. Les confiseurs jubilent, profitant de la suspension des hostilités à la Chambre, et cette tranquillité dont ils bénéficient s'est appelée la trêve des confiseurs »— T. Pavot, L'Intermédiaire des chercheurs et curieux, questions et réponses, communications diverses à l'usage de tous, littérateurs et gens du monde, artistes, bibliophiles, archéologues, généalogistes, etc. Volume 38, 20 septembre 1898. Source wikipédia"

Donc pour en revenir au débat en cours concernant ce projet d'équipement sportif, nous sommes loin d'une trêve. Non seulement il n'y a pas d'accalmie et contrairement à l'idée que c'est le moment où on ne soulève pas de questions irritantes, force est de constater que c'est le moment choisi par Jean-Louis Suau pour lancer une offensive anti majorité municipale sur un sujet sensible.

Le débat est lancé et on a le sentiment que le Maire et son équipe qui devrait en partie se représenter, ont compris qu'il était temps de rentrer de plain-pied dans la campagne.

L'attentisme face à la détermination d'une équipe aux ambitions clairement affichées n'est plus de mise.

Jean-Louis Bouscarain mettra t-il à profit la cérémonie des vœux à la population le 11 janvier pour annoncer officiellement ses intentions ? On a compris qu'avec la réponse de Renaud Didier, fidèle lieutenant de Jean-Louis Bouscarain, adressée à Jean-Louis Suau que la campagne est déjà bien engagée.

Eloi Martinez

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article