Chronique des municipales (3)

Publié le

Rencontre avec Daniel Rieusset

"Je ne monterai pas de liste mais je reste disponible pour apporter mes compétences à mon village"

Il a été Maire de Valergues de 1995 à 2001 puis conseiller municipal de 2001 à 2008. Retiré de la vie politique municipale pendant quelques années, il est resté un fin observateur de la vie de son village. Depuis quelques mois il ne faisait pas mystère de ses intentions de mettre en place une liste pour les municipales de mars 2020.

Le choix entre ce qu'il appelle "les deux Jean-Louis"  ne lui convient pas. Il s'en explique ici, comme il explique aussi qu'il renonce à monter une liste dont, dit-il, il ne souhaitait pas être à la tête. Cependant il se dit disponible pour apporter ses compétences pour son village et pourquoi pas être sur une liste qui irait dans le sens qu'il attend. Daniel Rieusset a accepté de répondre à nos questions afin d'éclairer les valerguois sur ses motivations pour Valergues. 

Le Journal de Valergues

Daniel Rieusset, où en êtes-vous de votre volonté d'être présent aux municipales en montant une liste? 

Daniel Rieusset

Je vais clarifier ma position, il y a deux Jean-Louis (Bouscarain et Suau n.d.l.r.) ni l'un ni l'autre ne me satisfont. Le maire actuel après dix-huit ans donc trois mandats n'a pas selon moi mené la politique qu'il fallait mener à Valergues, se battre contre la dérive de village dortoir. Sur des dossiers très importants comme le TGV les compensations pour Valergues ont été ridicules eu égard aux dommages causés sur notre territoire. Je prendrai exemple le non recalibrage de la route sous la voie ferrée où un terrible accident a failli coûté la vie à un enfant de Valergues il y a de ça quelques années en arrière. Ce point noir de Valergues n'a même pas été traité lors des discussions sur le passage du TGV et ses conséquences. On aurait pu imaginer aussi que l'on mette un mur anti-bruit sur la voie ferrée existante, que Valergues soit traitèe à hauteur du préjudice ou tout au moins avoir quelques compensations qui ne sont pas arrivées.

Le JDV

Sur quels autres dossiers êtes-vous critique?

D.R. 

Le dossier sur lequel je suis extrêmement critique est celui de l'urbanisme. Nous avions révisé le POS en deux ans, eux ils ont mis plus de douze ans pour le réviser amenant Valergues à être traité par le règlement national d'urbanisme (RNU) * ce qui a permis de favoriser certaines personnes en contradiction totale avec le concept que le conseil municipal avait décidé et par ailleurs des gens qui avaient des terrains à bâtir ont été spoliés, ces terrains sont redevenus agricoles. La bêtise de cette mairie va encore plus loin: le terrain qui était destiné au projet de poney club a été rendu à l'agriculture...

...dans les dossiers TGV, urbanisme et environnement c'est très en dessous de la moyenne...

On avait, nous, doté ce terrain d'un règlement idoine pour pouvoir doter notre village d'un poney club. Par ailleurs 20 permis de construire ont été accordés pour le lotissement de la grande terre, j'avais proposé en tant que paysagiste qu'au dessus du mur en pierre avenue du stade on puisse monter un espace vert d'un mètre afin de dissimuler les clôtures. Ce qui est plus grave c'est qu'en fin de mandat on fait monter la courbe de la population de manière exponentielle. Ont-ils analysé l'influence sur l'école, ont-ils analysé le côté village dortoir. En cette fin de mandat la municipalité impacte Valergues de manière importante, car en matière d'urbanisme, ça été très mal géré. Je veux tout de même rendre hommage à Gérard Ligora qui a fait du bon travail. Les autres dossiers, je ne les connais pas vraiment, côté école je pense que ça été bien géré, mais dans les dossiers TGV, urbanisme et environnement c'est très en dessous de la moyenne. Il y a une chose qui pour moi a été positive, c'est la décision d'intégrer la communauté de communes du Pays de l'Or devenu par la suite l'agglomération du Pays de l'Or.

Le JDV

Que préconiseriez-vous pour Valergues?

D.R.

Il y avait une idée de base qui est dans l'air du temps, c'est de doter Valergues d'une ceinture verte qui entourerait les zones urbanisées, nous l'avions d'ailleurs révélé très fort lors de l'élaboration du POS, avec l'objectif que la terre de Valergues nourrisse la population de Valergues. Aujourd'hui je sais que c'est utopique, mais je citerai la phrase de Pierre Rabhi "quand on va se mettre à table on ne vous souhaitera plus bon appétit, on vous souhaitera bonne chance". Que la terre produise des légumes, donne du travail à ses enfants car il y a un volet social très fort dans ce projet là. D'ailleurs on va le prouver avec le jardin de la rivière et son côté social et de création d'emploi. Je crois avoir les compétences, j'ai fait le petit paradis et les petits fermiers j'en suis à l'origine. Je sais faire, moi, c'est ça qui me guide.

Le JDV

Finalement quelle est votre décision pour les municipales, vous y allez ou vous n'y allez pas?

D.R.

Ma vision politique est simple, il y a deux Jean-Louis, Jean-Louis Bouscarain ne me satisfait pas, je l'ai expliqué; quant à Jean-Louis Suau, il est opposant mais en tant que tel il est zéro pointé. Il n'a eu aucune force de critique et il n'a eu aucune force de proposition pendant les six dernières années. De plus lorsqu'il a annoncé sa candidature la première fois, il a mis en avant comme premier dossier le dossier de l'incinération comme si on avait attendu Jean-Louis Suau pour s'occuper de l'usine d'incinération.

...Combattre le village dortoir et rendre la famille valerguoise solidaire voilà ce que je préconise ...

En plus un maire doit apporter la joie, l’enthousiasme et lui, le premier dossier qu'il sort, c'est un dossier qui dévalorise Valergues, pour moi cet homme là, qui est gentil au demeurant, qui est généreux, qui donne de son temps, n'a clairement pas de sens politique. Pour revenir à ma décision, ma démarche a été de créer une troisième liste alternative avec ce projet de ceinture verte, mais aussi avec d'autres projets innovants, je l'ai toujours exprimé dans tous mes discours, ma ligne politique est que Valergues ne devienne jamais une village dortoir, c'est d'être à fond derrière le tissu associatif, d'être dans la créativité, dans la joie, dans le partage... Combattre le village dortoir et rendre la famille valerguoise solidaire voilà ce que je préconise aussi.

...je reste disponible pour être dans une liste. Je suis un citoyen de Valergues engagé...

Pour répondre à la question, je ne suis pas indifférent à ce qui se passe, mais à titre personnel je vais développer le jardin de la rivière (un espace vert que Daniel Rieusset a créé au Nord de la voie ferrée en bordure de la Viredonne n.d.l.r.), parce qu'au delà des mots je veux prouver aux valerguois qu'on peut faire un jardin périphérique tout autour de Valergues, beau, nourricier, ludique social... Moi aujourd'hui j'ai 65 ans je connais mes limites, je connais mon énergie et je sais que je n'ai pas assez d'énergie pour être maire de Valergues, je me suis battu pour trouver une autre tête de liste pour fédérer d'autres personnes. Je reste disponible en tant que professionnel du paysage, pour mettre en oeuvre la ceinture verte, je reste disponible pour être dans une liste. Je suis un citoyen de Valergues engagé. Si une personnalité émerge et prend la responsabilité d'une liste et qu'on me sollicite je répondrai présent à certaines conditions bien sûr.

Propos recueillis par Eloi Martinez

 

Bien qu’il s’agisse d’une réglementation nationale, le RNU ne prime pas sur les documents locaux. En matière d’urbanisme, il a vocation à combler l’absence ponctuelle d’une réglementation locale, établie à l’échelle d’une commune ou d’un regroupement de communes. Ces règles nationales ne s’appliquent donc, localement, qu’en l’absence d’un plan d’urbanisme local dûment établi. C’est donc une sorte de paravent, une protection minimale contre l’urbanisation sauvage pour les communes n’ayant pas pu établir une politique d’urbanisme qui leur est propre.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article