Manif anti-corrida hier à Lunel

Publié le

Défendre une cause n'est pas insulter pourtant certains manifestants sont allés dans l'excès hier à Lunel

Défendre une cause n'est pas insulter pourtant certains manifestants sont allés dans l'excès hier à Lunel

Environ 200 manifestants ont participé dans un calme relatif à l'appel du Comité Radicalement Anti Corrida (CRAC) en cette dernière journée de fête à Lunel.

La corrida prévue à 18h ce dimanche a motivé cette action spectaculaire dans le centre de la cité pescalune.

Après avoir défilé avenue de la République non sans avoir copieusement insulté les badauds nombreux aux terrasses de café en ces jours de fête la manifestation s'est dirigée vers les arènes.

Les lunellois avaient choisi de ne pas répondre aux provocations, un cordon de gendarmes les séparait malgré tout des manifestants particulièrement remontés.

Le cortège  a été stoppé sur le parvis de la Poste face aux arènes vers 16h30 où les manifestants sont restés jusqu'à 18h, heure à laquelle débutait la corrida dans les nouvelles arènes de Lunel. Plusieurs prises de paroles de responsables associatifs se sont succédées dont celle de Rémy Gaillard qui concluait son intervention en lançant "si la tradition tue, il faut tuer la tradition" en rajoutant ainsi dans la provocation.

Peu avant la gendarmerie et les CRS sont intervenus pour tenter de disperser les manifestants qui essayaient de forcer le passage.

Trois manifestants ont été interpellés.

Si on peut comprendre ce combat, sans le partager, contre les corridas et les mises à mort, on peut plus difficilement accepter les nombreuses insultes et doigts d'honneurs adressés aux passants. Chacun est libre de participer ou pas à une corrida. La violence des propos haineux tenus par certains responsables de cette manifestation laisse dubitatif et interroge sur les motivations de certains.

Eloi Martinez

Au passage devant le cours Gabriel Péri beaucoup de noms d'oiseaux échangés un cordon de sécurité séparait les manifestants des lunellois attablés aux terrasses

 

peu avant la corrida une arlésienne stoïque se dirige vers les arènes à quelques dizaines de mètres des manifestants

Rémy Gaillard s'est adressé aux manifestants répétant sont leitmotiv "si la tradition tue il faut tuer la tradition"

Trois interpellations ont eu lieu peu avant 18h alors que les manifestants voulaient forcer le barrage policier

Pendant ce temps et en attendant le début de la corrida les aficionados se désaltèrent au Bar le Pavillon dans l'enceinte des arènes San Juan. 

Reportage photo Eloi Martinez

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article