L'avenant qui maintient 120 000 tonnes de déchets par an (un an renouvelable une fois) à incinérer a été voté

Publié le

Le conseil syndical du SMPE s'est réuni mardi 4 juin

Le conseil syndical du SMPE s'est réuni mardi 4 juin

Un rassemblement des riverains de l'incinérateur a eu lieu mardi 4 juin (dans l'enceinte de l'usine) au moment où se déroulait le conseil syndical du Syndicat Mixte Entre Pic et Etang (SMPE) à l'appel des élus de Valergues, Lansargues et Lunel Viel et de Adrien Riff porte parole de 15 associations. Près de 250 personnes (parmi les quelles de nombreux élus des trois communes) ont participé à cette manifestation pour demander la baisse des tonnages de déchets à incinéré (120 000 tonnes par an à l'heure actuelle). Les élus minoritares de Lansargues, Valergues et Lunel-Viel au sein du conseil syndical portent cette exigence et la proposition d'une baisse progressive des tonnages. Au terme de la réunion un avenant a été voté (les délégués du pays de l'Or ainsi que celui de Lunel Viel n'ont pas pris part au vote) qui prolonge d'un an renouvelable une fois la poursuite de l'incinération de 120 000 tonnes par an.
 
A l'ordre du jour de la réunion de mardi ne figurait pas à l'ordre du jour le programme de réduction des déchets amenés à l'incinération, réclamé par le Pays de l'or et Lunel-Viel.  Michel Lazerges (Lansargues)  et Fabrice Fenoy (Lunel Viel) ont demandé à le rajouter. Le président a refusé et à accepté que ce point ne figure que dans les questions diverses.  
 
"Il n' y a pas eu de discussion en bureau au sujet de cet avenant"
 
Le point épineux de l'ordre du jour étant fin du contrat de Délégation de Service Public (DSP) à Ocréal au 30 juin 2019. Un avenant a été proposé pour un an renouvelable une fois dans des conditions financières avantageuses pour le  SMPE, la marge d' Ocréal augmentant de 50€ la tonne puisque l'usine est en fin d'amortissement donc les charges baissent...
 
Fabrice Fenoy et Michel Lazerges font part alors de leur étonnement et font remarquer
  • qu'il n'y a pas eu de discussion en bureau au sujet de cet avenant et demandent à faire fonctionner l'usine en régie dès le 01 juillet - il manque toutefois un directeur mais le personnel est qualifié et compétent. 
  • que les discussions auraient pu être menées bien avant cette réunion de "dernière minute". Francis Pratx le président du SMPE en réponse maintient que le calendrier est trop court et que l'acceptation de l'avenant dans les conditions dictées par Ocréal est la seule voie possible après avoir fait traîner cette question jusqu'à la dernière minute..
  • que l'adoption de l'avenant proposé serait en contradiction avec le vote du 10 décembre dernier. 
"Le président s'est engagé à travailler à la réduction des déchets..."
 
Les 4 délégués du Pays de l'Or et le délégué de la Ville de Lunel-Viel n'ont pas pris part au vote. 
Excepté ces 5 élus, tous ont adopté l'avenant pour 1 an renouvelable une fois.
l'exploitation de l'usine va donc continuer en DSP avec Suez- Ocréal dans les mêmes conditions que dernièrement, avec l'avantage pour les deux parties dû au fait que l'amortissement se termine. Le président s'est engagé à travailler à la réduction des déchets, sans calendrier. 
 
Concernant la question diverse - réduction des déchets incinérés. 
Pays de l'or et ville de Lunel-Viel (Fenoy, Lazerges, Aquilina et Libes) font une proposition :
Plutôt que de parler de la provenance des déchets, parler plutôt de leur orientation. 
Avec un calendrier de réduction de 10.000 tonnes par an en réduisant progressivement les déchets tiers et développant des alternatives à l'incinération. 
Rappellent que le SMPE doit s'occuper de TRAITEMENT des déchets et non d'INCINERATION exclusive. 
 
Francis Pratx fait une proposition de réduction des déchets tiers en fonction des réductions de déchets SMPE, proposition contrée immédiatement par Michel Lazerges : Le problème étant que les déchets générés par le SMPE augmentent vu l'augmentation de la population . A ce rythme on est donc reparti pour avoir des déchets tiers encore pour un moment. 
 
Date est prise pour une nouvelle réunion le mercredi 19 juin entre délégués à huis clos.

Publié dans Environnement

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Patricia Marra 11/06/2019 14:56

C'est entre autre pour ces raisons qu'il y a les gilets jaunes, les gens ne supportent plus de ne pas être entendus.