Qui était l'architecte Léopold Carlier qui a conçu la Tour de l'Horloge de Valergues

Publié le

les plans sont de Léopold Carlier architecte montpelliérain a qui l'on doit aussi de nombreuses demeures sur la place de la Comédie

les plans sont de Léopold Carlier architecte montpelliérain a qui l'on doit aussi de nombreuses demeures sur la place de la Comédie

Document présenté ci-dessus archives Hérault n° 2 0 321 /11/2

Projet de construction d’une tour avec horloge : façades latérale et principale, coupe rouge du plan : plans (au dessus de la plateforme, du rez-de- chaussée au niveau de l’horloge)/ dressé par l’architecte soussigné Carlier. 1895

L’architecte montpelliérain Léopold Carlier a conçu la Tour de l’Horloge à Valergues on lui doit aussi  de nombreux hôtels particuliers situés sur la place de la Comédie…

 

Qui était Léopold Carlier qui a conçu la Tour de l’Horloge ?

extrait d’un article de Virginie Moreau dans l’Héraut juridique et économique

« On doit à Léopold Carlier (1839-1922) de nombreux hôtels particuliers, surplombés de dômes, situés sur la place de la Comédie, l’Hôtel du Midi, les Nouvelles Galeries ; le Pavillon Populaire ; ainsi que des bâtiments éducatifs et administratifs. Lui et son fils Louis (1872-1955) construiront les principaux bâtiments de Palavas, comme le casino, l’église Saint-Pierre et la mairie. L’époque de Louis coïncide avec l’arrivée du béton. Il travaillera notamment sur des établissements bancaires, alors en plein développement, et sur la Cité Mion. Pour sa part, René (1899-1985) contribuera à une architecture plus régionale en concevant des villas en bord de mer, à Carnon et Palavas. Il remportera aussi le marché des bureaux de Poste, dont celui de Rondelet. »

 

 

Des châteaux, des hôtels particuliers mais aussi des écoles, des mairies, des banques...

Extrait d’un article de Bruno Deschamps sur le site Double vue.

« Né à saint Etienne en 1839, Léopold Carlier reprend l'activité d'un de ses confrères montpelliérains, Louis Corvetto, en 1870. Sa production est impressionnante et les places et lieux emblématiques de Montpellier, Béziers, Sète, Narbonne témoignent de cette activité exceptionnelle. Grace à son large réseau de connaissances et à son implication dans la vie publique et politique, il s'est constitué une clientèle fortunée qui lui confie des réalisations importantes telles que des châteaux (La Cerisaie à Montpellier, Mus à Murviel les Béziers), des hôtels particuliers (l'hôtel Bühler à Béziers) ou des villas de prestige (la Villa Guy à Béziers ou la villa Pams à Perpignan). Dans l'espace public il réalise aussi des lieux commerciaux tels que les Nouvelles Galeries à Montpellier ou les Halles de Béziers et de Narbonne ainsi que des établissements publics comme le collège Victor Hugo à Narbonne, les mairies de Thézan-les-Béziers et de Cazouls-les-Béziers dont les façades rappellent d'ailleurs étrangement celle du théâtre de Béziers. Louis prendra la suite de son père en 1929. Il reste à l'écart des bouleversements architecturaux de son époque qui donnent naissance à l'Art Nouveau  et développe un style varié basculant d'une architecture régionaliste pour sa clientèle privée à un style plus moderniste pour les immeubles ou les bâtiments publics. On lui doit de nombreux immeubles à Montpellier, plusieurs banques telles que le Crédit Lyonnais sur la Place de la Comédie à Montpellier ou la Société Générale sur les Allées Paul Riquet à Béziers, et quelques édifices religieux, l'église Saint Joseph à Sète ou l'église Saint Pierre à Palavas les Flots. René, dernier de la dynastie, utilisera le nouveau vocabulaire architectural qui évolue avec les matériaux modernes et plus particulièrement le béton. Il se consacrera essentiellement à la construction d'immeubles qui gagnent en hauteur et dont les façades se simplifient. Montpellier est son terrain de d'action privilégié. Il interviendra aussi beaucoup sur les stations balnéaires naissantes Palavas et Carnon où il bâtit de nombreuses villas privées. »

Publié dans Patrimoine, Histoire locale

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article