Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

63 articles avec elections

Les résultats des sénatoriales dans l'Hérault

Publié le

Les résultats des sénatoriales dans l'Hérault
Les résultats des sénatoriales dans l'Hérault

A noter que la liste divers droite conduite par Joseph Francis "Les territoires de l'Hérault" sur laquelle figurait en troisième position Fabrice Pecqueur adjoint à la mairie de Valergues, est arrivée en cinquième position, recueillant 234 voix et 9,45% des suffrages exprimés. L'implantation locale de longue date, du sénateur sortant et ancien maire de Castelnau Jean-Pierre Grand a sans doute empêché Joseph Francis d'accéder au Sénat.

E.M.

Publié dans Elections

Partager cet article

Repost0

Les sénateurs élus dans l'Hérault

Publié le

Sur la photo Hussein Bourgi arrivé en tête des élections, un des quatre nouveaux sénateurs, lors d'un hommage à Jean Jaurès à Montpellier

Sur la photo Hussein Bourgi arrivé en tête des élections, un des quatre nouveaux sénateurs, lors d'un hommage à Jean Jaurès à Montpellier

Publié dans Elections

Partager cet article

Repost0

Fabrice Pecqueur souhaite apporter une précision

Publié le

Précision de Fabrice Pecqueur suite à l'article que nous avons publié vendredi 11 septembre relatant son parcours politique et sa candidature aux élections sénatoriales.

"Bonjour

Je viens d'apprendre que vous aviez écris un article sur ma candidature aux élections sénatoriales.

J'ai lu l'article et je souhaite vous apporter une précision. 

J’ai démissionné du CNIP et provoqué une assemble générale extraordinaire de la fédération de l Hérault quand le président national a proclamé qu'il était pour l'union des droites.

La fédération de l Hérault a été dissoute à l'unanimité et l'ensemble des adhérents présents ont démissionnés.

Le PV de l’assemblée extraordinaire et le vote prononçant la dissolution ont été envoyés à la préfecture de l’Hérault pour être enregistrés.

Bien cordialement

Fabrice Pecqueur

Président de LMR Hérault"

Publié dans Elections

Partager cet article

Repost0

Fabrice Pecqueur, adjoint au maire de Valergues, est candidat aux élections sénatoriales aux côtés de Joseph Francis (UDI)

Publié le

Document électoral pour la campagne des sénatoriales

Document électoral pour la campagne des sénatoriales

Fabrice Pecqueur, 53 ans, adjoint au maire de Valergues, est engagé en politique depuis déjà pas mal de temps. Il est candidat aux élections sénatoriales qui auront lieu le 27 septembre prochain, sur la liste présentée par Joseph Francis  responsable départemental de l'UDI qui pour les besoins de sa campagne a quitté cette fonction au sein de son parti. Sa liste dite sans étiquette n'en reste pas moins à droite. L'adjoint au maire de Valergues l'a d'ailleurs rejoint sur la base de convergences politiques.

Après son passage au Centre National des Indépendants et Paysans (CNIP) parti militant pour l'union des droites, Fabrice Pecqueur jettera son dévolu sur Chasse Pêche Nature et Traditions (CNPT) devenu le Mouvement de la Ruralité (LMR) dont il est le président départemental. 

A Valergues, l'élu est bien connu, fidèle lieutenant du maire Jean-Louis Bouscarain, il espère bien un jour prendre le relais et s’asseoir dans le fauteuil du premier édile. 

Sa candidature aux élections sénatoriales n'est pas anodine, elle entre dans sa stratégie politique à Valergues. Le thème développé par Joseph Francis, la ruralité et être proche des maires, cadre bien pour Fabrice Pecqueur dont la présence sur cette liste lui confère une position au dessus de la "mêlée valerguoise" et une mise en lumière médiatique ce qui n'est pas pour lui déplaire.

L'homme se dit "animé d'une volonté de faire de la politique au sens noble du terme, avec probité, exemplarité, fidélité, loyauté eu service du monde rural, jamais mis en défaut sur ces valeurs là. Ces vertus au cœur de notre projet sont, comme nos racines, fortes et inaliénables...". 

Fixer un nouveau cap pour la France rurale qui "arbore fièrement notre identité", le candidat Pecqueur est aussi pourfendeur du parisianisme et de l'assiette végan subventionnée dit-il " dans la partie obscure par des chimistes américains (...) la ruralité devient quantité et qualité négligeables".

Les élections sénatoriales sont généralement assez méconnues du grand public, ainsi que le rôle du Sénat, la candidature d'un valerguois, en la personne de Fabrice Pecqueur, nous donne l'occasion d'évoquer cette campagne, le Journal de Valergues va donc suivre cette élection dans le département de l'Hérault et vous apporter les informations sur les enjeux de ce scrutin.

Les sénatoriales auront lieu le 27 septembre, ce sont des élections où ne peuvent voter que "les grands électeurs" un collège électoral formé d'élus*.

Eloi Martinez

 

* Les 348 sénateurs sont élus au suffrage universel indirect par environ 162 000 grands électeurs. Dans chaque département, les sénateurs sont élus par un collège électoral de grands électeurs formé d'élus de cette circonscription : députés et sénateurs, conseillers régionaux, conseillers départementaux, conseillers municipaux, élus à leur poste au suffrage universel*.

Un sénateur est élu pour un mandat de 6 ans.

Nous publions ci-dessous en format PDF l'intégralité de la profession de foi de Fabrice Pecqueur.

 

Fabrice Pecqueur, adjoint au maire de Valergues, est candidat aux élections sénatoriales aux côtés de Joseph Francis (UDI)

Publié dans Elections

Partager cet article

Repost0

La composition du nouveau conseil municipal de Montpellier

Publié le

Publié dans Elections, Montpellier

Partager cet article

Repost0

Résultats des municipales lunellois et pays de l'Or

Publié le

source Midi Libre
source Midi Libre
source Midi Libre
source Midi Libre
source Midi Libre
source Midi Libre

source Midi Libre

Publié dans Elections, Municipales 2020

Partager cet article

Repost0

La participation en baisse à midi au second tour des municipales

Publié le

Publié dans Elections

Partager cet article

Repost0

Les sondages dans les grandes villes à deux jours des municipales

Publié le

cliquez sur un ville pour avoir le sondage

Publié dans Elections, Municipales 2020

Partager cet article

Repost0

Municipales second tour en juin ou deux tours fin septembre

Publié le

Publié dans Elections, Municipales 2020

Partager cet article

Repost0

Les nouvelles équipes municipales doivent pouvoir rapidement monter au front

Publié le

Partager cet article

Repost0

L'imbroglio des municipales

Publié le

Publié dans Elections

Partager cet article

Repost0

Laurent Jaoul conteste son élection

Publié le

Partager cet article

Repost0

Circulaire permettant de garantir la tenue du scrutin et d’assurer la protection sanitaire des opérations électorales dans le contexte du Covid19.

Publié le

Circulaire permettant de garantir la tenue du scrutin et d’assurer la protection sanitaire des opérations électorales dans le contexte du Covid19.

 

 Christophe Castaner, ministre de l’Intérieur, a pris hier soir une circulaire afin d’assurer la sécurité et la sincérité des opérations de vote ainsi que des mesures de précautions sanitaires avant les élections municipales et communautaires des 15 et 22 mars, dans le contexte du Covid19.

Conformément aux engagements pris par le Premier ministre et le ministre de l’Intérieur, les mesures de la circulaire permettent de garantir la tenue du scrutin et d’assurer la protection sanitaire des électeurs comme des responsables des opérations électorales au sein des bureaux de vote.

Le ministre de l’Intérieur a décidé :

  • au cas où un maire se trouverait dans l’incapacité ou refuserait de constituer des bureaux de vote dans sa commune, les préfets sont en droit de se substituer à eux, après mise en demeure, pour désigner des délégués chargés de superviser les opérations de vote. Ainsi, les élections municipales seront en mesure de se dérouler partout en France ;
  • l’aménagement de chaque bureau de vote doit être conçu de telle manière qu’il évite les situations de promiscuité prolongée. A chaque étape de son parcours au sein du bureau, l’électeur devra pouvoir être maintenu à une distance suffisante de chaque personne dans les bureaux de vote (1 mètre environ) ;
  • chaque bureau de vote devra apposer de manière visible l’affiche de Santé publique France ainsi que l’affiche sur les bons comportements à adopter dans un bureau de vote ;
  • chaque bureau de vote devra prévoir un point d’eau afin de se laver les mains à proximité ou, à défaut, mettre à disposition du gel hydro-alcoolique ;
  • une signalétique devra être mise en place dans chaque bureau de vote vers le point le plus proche pour se laver les mains ;
  • un nettoyage particulièrement attentif des bureaux de vote avant et après chaque tour de scrutin, avec la recommandation d’utiliser des solutions nettoyantes à base d’hypochlorite de sodium (eau de Javel).

Afin de garantir la parfaite sécurité sanitaire des opérations de vote, le ministre rappelle que :

  • le port de gants chirurgicaux n’est pas de nature à limiter la propagation du Covid19 et qu’il peut gêner le bon déroulement des opérations électorales, notamment du dépouillement ;
  • il est nécessaire pour les responsables des bureaux de vote comme pour les électeurs de se laver très régulièrement les mains, ce qui reste le meilleur moyen de prévenir la propagation du Covid19 ;
  • il est recommandé aux électeurs de ramener leur propre stylo d’encre bleue ou noire indélébile pour émarger ;
  • il est recommandé, dans les bureaux de vote doté de machines à voter, de laver les machines toutes les demi-heures ;
  • un électeur portant un masque chirurgical ne pourra être autorisé à voter que dans le cas où il est identifiable malgré le port de ce masque. Dans le cas contraire, il devra l’enlever afin de vérifier son identité et ne pourra pas voter en cas de refus de sa part.

Christophe Castaner, ministre de l’Intérieur, déclare : « Nous prenons, avec les maires et les présidents des bureaux de vote, des mesures rigoureuses et protectrices. Grâce à elles, les élections municipales des 15 et 22 mars pourront se dérouler partout et dans les meilleures conditions sanitaires. Une fois de plus, je le répète, voter est sans danger. »

Partager cet article

Repost0

Vote par procuration mode d'emploi

Publié le

Vote par procuration mode d'emploi

Publié dans Elections, Municipales 2020

Partager cet article

Repost0

Élections municipales 2020 : qui peut encore s'inscrire jusqu'au 5 mars ?

Publié le

Pour pouvoir voter aux élections municipales, la date limite d'inscription sur les listes électorales était le 7 février. Mais pour les électeurs se trouvant dans des situations particulières après cette date, il est encore temps de s'inscrire. Le délai est repoussé au 5 mars 2020. Jeunes atteignant 18 ans, déménagement, acquisition de la nationalité française, droit recouvré : quelles sont les conditions précisément ?

Vous avez vérifié votre inscription sur les listes électorales et vous n'y figurez pas. La date limite d'inscription est repoussée au 5 mars 2020 si vous êtes dans l'une de ces situations :

Jeunes atteignant 18 ans

  • Vous êtes Français et fêtez vos 18 ans entre le 8 février et le 14 mars 2020 ;
  • Vous êtes Français et fêtez vos 18 ans entre le 15 et le 21 mars 2020 (vous ne pourrez alors voter qu'au 2e tour le 22 mars s'il a lieu) ;
  • Vous êtes Européen et fêtez vos 18 ans entre le 8 février et le 14 mars 2020.

Déménagement

  • Vous êtes agent public et vous avez déménagé car vous avez été admis à la retraite après le 7 février 2020. Les membres de votre famille domiciliés avec vous à la date de votre départ à la retraite bénéficient du même délai supplémentaire ;
  • Vous avez déménagé après le 7 février 2020 à cause de votre travail (sauf dans le cas d'une mutation, c'est-à-dire si vous avez changé de poste au sein de la même entreprise, d'établissement au sein du même groupe ou bien si vous avez fait l'objet d'une mobilité géographique). Les membres de votre famille domiciliés avec vous à la date du déménagement bénéficient également de ce délai pour s'inscrire ;
  • Vous êtes agent public et vous avez déménagé après le 7 février 2020 à cause de votre travail (y compris dans le cas d'une mutation). Les membres de votre famille domiciliés avec vous à la date du déménagement (ou de la mutation) peuvent également bénéficier de ce délai pour s'inscrire ;
  • Vous êtes un militaire renvoyé dans votre foyer après avoir satisfait aux obligations légales d'activité, ou libéré d'un rappel de classe, ou démobilisé, ou ayant déménagé lors de votre retour à la vie civile après le 7 février 2020.

Acquisition de la nationalité française

  • Vous êtes devenu français après le 7 février 2020 : vous avez eu connaissance de votre naturalisation ou vous avez acquis la nationalité par déclaration ou manifestation expresse de volonté après le 7 février 2020.

Fin de suspension du droit de vote

  • Vous avez obtenu, après le 7 février 2020, de nouveau l'exercice du droit de vote après en avoir été privé par une décision de justice.

 

 

Partager cet article

Repost0

Réunion publique ce jeudi matin à 8h de la commission de contrôle des listes électorales

Publié le

Réunion publique ce jeudi matin à 8h de la commission de contrôle des listes électorales

Publié dans Elections, Municipales 2020

Partager cet article

Repost0

Petite histoire des élections municipales depuis 1983 (3)

Publié le

 

1995 - 2001 le mandat contrasté de Daniel Rieusset

Ce mandat ne fut pas plus calme que le précédent car au combat que je menais en tant qu’élu et citoyen contre le tracé TGV venait s’ajouter le projet de construction de l’usine d’incinération qui donna pas mal de fil à retordre à Daniel Rieusset qui proposa fin 1997 l’installation d’une plateforme de traitements des mâchefers (déchets ultimes de l'incinération) à Valergues.

Comprenant la difficulté pour un maire d'imposer un tel projet il proposa un référendum qu’il devait perdre début 1998 (66% non 33% oui), l’engagement citoyen de nombreux valerguois empêcha l’installation de cette plateforme.

Un des nombreux rassemblements devant l'usine d'incinération (photo archives EM)

Daniel Rieusset perdait donc le référendum pour l'implantation d'une plateforme de mâchefers à Valergues. Nous pouvons lui reconnaître le mérite de l'avoir organisé, et donc d'avoir fait fonctionner la démocratie locale, ce en quoi bien qu'adversaire je reconnaissais volontiers cet état de fait.

Il est un autre événement qui aura marqué le mandat de Daniel Rieusset, c'est la réalisation de la salle des rencontres place Auguste Renoir. C'est un projet que j'ai dès le début soutenu tant il paraissait indispensable de créer un lieu de rencontre pour les valerguois pour que ce village ne devienne pas un village dortoir.

Certes la vie associative était bien là et très riche, mais il manquait ce lieu où nouveaux, anciens, jeunes et moins jeunes, pouvaient se retrouver et échanger, dialoguer, se connaître... Bref un petit temple de la convivialité.

La salle des rencontres vit le jour en 1998 et vécue de belles années avec à la clé la création d'un ou deux emplois municipaux, puisque cette salle à l'époque était entièrement municipale. On y servait du café mais aussi bière et vins. Un ordinateur avec internet était en libre service pour les valerguois et un conseil d'exploitation ouvert à des membres non élus au conseil municipal organisait des événements et des soirées à thème.

Je dois reconnaître que ce fut la réalisation la plus intelligente de ce mandat.

En 2001, alors que Daniel Rieusset venait de remettre les clés de la Mairie à Jean-Louis Bouscarain le nouveau maire évoquant des raisons financières  décidait de céder la salle des rencontres à un privé moyennant un loyer.

Comme à l'ancienne salle des rencontres, le bar le Petit Valerguois (à son ancien emplacement) gardait l'esprit des après-midi ou soirées à thème, ici j'animais "les mardis du Petit Valerguois" sur des thème différents, ce jour là nous avions comme invités nos amis Pierre Sauguet et Jean Rieusset qui nous contaient l'histoire de Valergues 

La salle fut reprise par une famille qui avait à cœur de garder l'idée d'origine de lieu de rencontre convivial pour le village, aujourd'hui le Petit Valerguois est devenu un lieu très prisé et apprécié de beaucoup de valerguois.

En 2001 le nouveau Maire envisage de vendre l'ancienne mairie pour permettre d'améliorer la trésorerie et donc de projeter une nouvelle mairie.

Là encore Jean-Louis Bouscarain ne suivra pas Daniel Rieusset à qui il doit son poste. Daniel Rieusset avait réservé lors de son mandat des terrains pour une nouvelle mairie à l'emplacement où se trouve aujourd'hui la nouvelle salle polyvalente.

Le Maire, lui, préférait bâtir la nouvelle mairie en lieu et place de l'ancienne salle des fête place de l'Horloge. pas le meilleur choix du point de vue de l'accessibilité.

Eloi Martinez

A suivre la période 2001 - 2008

Publié dans Histoire locale, Elections

Partager cet article

Repost0

Comprendre le vote par procuration

Publié le

Publié dans Elections, Municipales 2020

Partager cet article

Repost0

Réunion publique de la Commission de contrôle des listes électorales

Publié le

Pour info la réunion a lieu à 8 heures le matin

En savoir plus...

Dans le cadre de la réforme de la gestion des listes électorales, introduite par la loi n°2016-1048 du 1er août 2016 rénovant les modalités d’inscription sur les listes électorales, les maires se voient transférer, en lieu et place des commissions administratives qui seront supprimées, la compétence pour statuer sur les demandes d’inscription et sur les radiations des électeurs qui ne remplissent plus les conditions pour être inscrits. Les inscriptions et radiations opérées par le maire feront désormais l’objet d’un contrôle a posteriori par une commission de contrôle, instituée dans chaque commune.

La commission de contrôle a deux missions :

– elle s’assure de la régularité de la liste électorale, en examinant les inscriptions et radiations intervenues depuis sa dernière réunion;

– elle statue sur les recours formés par les électeurs contre les décisions de refus d’inscription ou de radiation prises à leur égard par le maire.

 Dans les communes de 1000 habitants et plus pour lesquelles 2 listes ou plus ont obtenu des sièges au conseil municipal lors du dernier renouvellement, la commission est composée de 5 conseillers municipaux.

 Dans les autres cas (communes de moins de 1000 habitants, communes de 1000 habitants et plus avec une seule liste représentée au conseil municipal, impossibilité de constituer une commission à 5 membres), la commission de contrôle est composée de 3 membres :

– un conseiller municipal pris dans l’ordre du tableau parmi les membres volontaires pour participer aux travaux de la commission ou à défaut, le plus jeune conseiller municipal ;

– un délégué de l’administration désigné par le préfet ou par le sous-préfet ;

– un délégué désigné par le président du tribunal de grande instance.

Les membres de cette commission sont nommés par arrêté préfectoral pour une durée de 3 ans, et après chaque renouvellement intégral du conseil municipal.

La commission de contrôle se réunit soit sur saisine d’un électeur dans le cas d’un recours contre une décision de refus d’inscription ou de radiation prise par le maire, soit entre le 24e et le 21e jour avant chaque scrutin, et en tout état de cause au moins une fois par an.

Publié dans Elections, Municipales 2020

Partager cet article

Repost0

Inscriptions des citoyens européens pour les municipales

Publié le

Partager cet article

Repost0

Petite histoire des élections municipales à Valergues depuis 1983 (2)

Publié le

Les élections municipales de 1989 coïncidaient avec le bicentenaire de la Révolution Française

Les élections municipales de 1989 coïncidaient avec le bicentenaire de la Révolution Française

1989 bicentenaire de la révolution française

et élections municipales

C’est dans le contexte de ce bicentenaire de la révolution française que va se dérouler la campagne des élections municipales de 1989.

La majorité du conseil municipal sortant ayant désavoué le Maire (voir article précédent), la liste qui se présente alors est conduite par Jean Rieusset, personnalité valerguoise très connue et appréciée. De son côté le maire sortant, Maurice Munsch, constituera une liste dans laquelle on retrouvera Jean-Louis Bouscarain.

Pour ma part souhaitant qu’une opposition soit présente au conseil municipal, je constitue une liste incomplète "Vivre mieux à Valergues" (le système du panachage le permettait). Nous plaçons  notre campagne sous le signe de la révolution française et notre logo sera l'arbre de la liberté. Nous n’aurons malheureusement aucun représentant au conseil municipal.

Jean Rieusset remportait l’élection et se retrouvait au conseil municipal avec trois membres de la liste de Maurice Munsch à savoir : Jean-Louis Bouscarain, Yvette Boisset et Alain Brugger. Ces trois conseillers étaient donc considérés comme opposants.

Ce mandat qui commençait allait être particulièrement important, puisque c’est dans cette période de 1989 à 1995 que la commune sera confrontée au tracé de la future ligne TGV et aux problèmes que cela a généré pour sa zone économique. C’est aussi dans cette période qu’avec quelques autres valerguois nous décidons de monter une association pour défendre l’environnement du village, dans la perspective de la construction de la ligne TGV, cette association aura pour nom Valergues Intérêts Environnement (VIE).

1989 - 1995 les années difficiles pour Valergues: tracé TGV et le gouffre financier de la zone économique

En 1990 le tracé de la future ligne TGV est connu, les mairies concernées ont entre les mains les différentes variantes proposées. L’une d’elles, celle qui sera finalement retenue, traverse de part en part la future zone d’activité pour laquelle le Préfet de l’époque avait signé la déclaration d’utilité publique (DUP). Le Préfet signait cette DUP en sachant qu’un des tracés projetés traversait la zone. Autrement dit cette zone risquait fort de ne jamais voir le jour si le tracé était retenu.

Malgré cela, la société d’aménagement du département de l’Hérault (SADH) qui dépendait du conseil général, lançait des études pour la réalisation de la zone économique, la mairie de Valergues ayant confié le soin de l’aménager à cette société.

La SADH alors en difficultés financières mais déjà renflouée par le conseil général, contracte un prêt au Crédit Agricole pour pouvoir poursuivre l’étude de cette zone et demande à la commune de Valergues de garantir ce prêt à hauteur de 80%. Ce qui fut fait par délibération du conseil municipal.

Quelques temps plus tard la SADH dépose le bilan et la commune se trouve dans l’obligation de rembourser le prêt à hauteur des 80%. Une belle arnaque que les élus naïvement n'ont pas vu venir et dont la commune a fait les frais à l'époque et qui pèsera lourd longtemps sur les finances de la commune.

Avec quelques valerguois nous créons alors l’association Valergues Intérêts Environnement (VIE) et dénonçons à plusieurs reprises la mise à mort de la zone économique et la passivité des élus face à cet état de fait.

Par ailleurs VIE militait pour une variante du tracé TGV qui épargne la zone économique, malgré de nombreuses pétitions et manifestations nous n’avons pas été entendus, pire nous étions dénigrés et soupçonnés de mener ce combat pour des raisons politiques. Nous étions accusés d’être contre le progrès.

Côté municipalité, c’était la fatalité et l’argument principal était « on ne peut rien faire c’est le combat du pot de terre contre le pot de fer ». Finalement le projet de tracé TGV sera mis entre parenthèse pendant plusieurs années pour des questions de financement mais notre zone économique du même coup fut gelée jusqu’aux années 2000. Ce fut un manque à gagner énorme pour la commune sans compter la perte de territoire puisque pour rembourser le crédit agricole la commune s'est vue contrainte de vendre un terrain à la SNCF.

C’est dans ce contexte que nous arrivons aux élections municipales de 1995. Trois listes sont en présence : celle de Daniel Rieusset, son père Jean ne se représentait pas, celle de Jean-Louis Bouscarain et celle que je conduisais.

C’est la liste de Daniel Rieusset qui l’emportera au panachage sauf un siège pour notre liste, j’étais donc élu au deuxième tour avec environ 60% des suffrages exprimés. Je me retrouvais ainsi seul dans l’opposition entre 1995 et 2001.

Eloi Martinez

Prochain article 1995 - 2001 le référendum et la naissance de la salle des rencontres

Publié dans Histoire locale, Elections

Partager cet article

Repost0

Petite histoire des élections municipales à Valergues depuis 1983 (1)

Publié le

Valergues dans les années 80

Valergues dans les années 80

1983: quand les nouveaux valerguois.e.s

mettaient Jean-Louis Bouscarain en tête de liste...

Depuis les municipales de 1983, j’ai constitué des listes à chaque élection soit : 1983, 1989, 1995, 2001, 2008, 2014. Je rends d'ailleurs hommage à tous mes colistiers (plusieurs dizaines sur six élections) qui m’ont fait confiance et accompagné lors de toutes ces campagnes. J’ai été élu trois fois dont deux par le système du panachage. Peut-être serez-vous intéressés par cette petite histoire des élections à Valergues sur près de 40 ans. Je vous propose de vous la relater régulièrement.

J’ai débarqué à Valergues avec ma petite famille, en provenance de la région parisienne, en novembre 1980, il y a donc exactement quarante ans. Mes enfants alors tout petits, ont été scolarisés à l’école Marcel Pagnol dont le directeur était André Ausset.

Le village comptait un peu plus de 500 habitants et nous étions quelques familles nouvelles arrivées d’autres régions, peut-être un peu moins de 10 familles.

La municipalité en place avait été élue en 1977. Le Maire était Maurice Munsch d’origine alsacienne et retraité de l’Institut Français du pétrole.

Nous avions du mal à nous faire entendre par la municipalité de l’époque et notamment sur les questions touchant à l’école. Une de nos revendications principales était le restaurant scolaire.

Il a été finalement réalisé quelques années plus tard grâce à l’action que nous avons mené sans relâche.

En 1983, je décide donc avec quelques amis de constituer une liste pour les élections municipales. Principalement constituée de nouveaux habitants mais nous cherchions à mettre en tête de liste un Valerguois de « souche ».

Des amis nous conseillèrent de contacter Jean-Louis Bouscarain. Rappelons qu’en 1983, François Mitterrand était Président de la République depuis 1981. Notre liste était étiquetée à gauche très clairement, chose totalement nouvelle à Valergues. Jean-Louis Bouscarain, lui ne cachait pas ses sympathies pour les royalistes mais nous disait-il « je suis un royaliste de gauche » et finalement pourquoi pas, puisque Mitterrand à sa façon était aussi un monarque. D’ailleurs c’est le cas de tous les présidents de la 5ème, la constitution de 1958 permet en effet une sorte de monarchie présidentielle. On le voit encore aujourd’hui…

Après quelques hésitations, je ne voyais pas trop d’un bon œil une tête de liste à sensibilité royaliste, nous finissions par placer Jean-Louis Bouscarain en tête de liste. Quelques-uns de ses amis lui en ont d’ailleurs voulu à tel point qu’il fut interpellé en réunion publique, de façon très discourtoise par un ami d’enfance et que des inscriptions injurieuses à son encontre furent peintes sur les murs d’enceinte de l’école (je ne peux les retranscrire).

Je comprenais alors que les choses dans ce village n’étaient pas aussi simples qu’on pouvait le penser. Les influences familiales et certains clans ne toléraient pas une quelconque volonté de changement, ce n’était pas le cas de toutes les familles valerguoises qui dans leur majorité nous acceptaient très bien. Certains intérêts prenaient malgré tout le dessus, je l’ai compris plus tard.

Je devais en faire l’expérience à mes dépens. Un soir, quelques semaines avant les élections nous rendions publique notre liste par une distribution de tracts dans les boîtes aux lettres.

Le lendemain matin je retrouvais mon véhicule avec deux pneus crevés à coups de couteaux.

Loin de nous décourager nous avons décuplé d’efforts pour convaincre les valerguois. Malgré le fait que notre liste était composée de 80% d’habitants nouveaux à Valergues celle-ci recueillait en moyenne 45% des suffrages ce qui n’était pas négligeable.

1983 - 1989 Valergues prépare sa mutation

La municipalité conduite par Maurice Munsch va entre 1983 et 1989 préparer une profonde mutation pour notre village. Déjà les quelques agriculteurs, principalement viticulteurs, se préparent à la retraite. Pour beaucoup d'entre eux, il n'y a pas la relève et de plus la viticulture traverse une crise profonde et la tendance est à l'arrachage.

L'Europe versant des primes pour arracher vignes et arbres fruitiers, la tentation est forte et cela devient une aubaine pour certains. De plus avec l'élaboration du Plan d'occupation des sols qui succède à la carte communale, certains vont voir leurs terrains agricoles passer en zone constructible. Les premiers lotissements sortiront de terre.

La municipalité projette pendant ce mandat, une zone d'activité économique "Les Jasses" et une zone d'aménagement concertée dite ZAC du Château avec environ 130 lots constructibles. C'est le promoteur Malaval qui procédera à l'aménagement de cette ZAC sur le terrain acheté à madame Mas la propriétaire du Château. Une bonne affaire pour ce promoteur qui ne fera pas de cadeaux à la commune en récupérant des espaces publics dont il avait l'obligation pour augmenter le nombre de lots.

La création de cette ZAC va permettre malgré tout dans les années 90 de mettre en place le réseau de tout à l'égout dans le village.

A quelques mois des élections municipales de 1989 le maire, Maurice Munsch, est mis en minorité par l'ensemble son équipe sous un prétexte douteux. Ses colistiers lançaient alors la campagne des municipales en plaçant en tête de liste le charismatique Jean Rieusset.

Aux élections de 1989 Maurice Munsch sera battu mais par le sysytème du panachahge trois membres de sa liste seront élus dans l'opposition de Jean Rieusset : Jean-Louis Bouscarain, Alain Brugger et Yvette Boisset.

Eloi Martinez

Prochain article: 1989 bicentenaire de la révolution française et élections municipales

Publié dans Elections, Histoire locale

Partager cet article

Repost0

Inscription sur les listes électorales jusqu'au 7 février

Publié le

Partager cet article

Repost0

Montpellier: les Verts en tête dans un sondage

Publié le

Publié dans Elections, Montpellier

Partager cet article

Repost0

1 2 3 > >>