Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

2 articles avec editorial

"S'il vous plaît vous n'auriez pas un masque?"

Publié le

L'Edito du jour

Nous sommes tous désormais dans le confinement, il faut s'y soumettre. Les personnels soignants n'en peuvent plus de vous le dire.

Sauvez-vous, sauvez les vôtres, sauvez celles et ceux qui vont vous soigner. <respectez ce qu'on vous demande. Pas grand chose, juste rester à la maison. Mais là, j'ai envie de pousser aussi mon coup de gueule. Nous sommes confrontés à un pouvoir qui navigue à vue.  Nous sommes confrontés à des politiques issus de politiques eux-mêmes issus de politiques eux-mêmes...  Bon, nous souffrons d'une politique qui a bradé l'intérêt public au profit du profit...

Aujourd'hui, lamentable... le ministre de la santé lance un appel pour qu'on puisse faire don de masques...

Mais je rêve, c'est quoi la France aujourd'hui?  Un pays qui quémande "s'il vous plait, vous n'auriez pas un masque, c'est juste pour ....." on imagine le ministre dans un couloir de métro à côté d'un sdf .... "s'il vous plaît..." Mais jusqu'à quand va t-on tolérer ces incapables?  Cette catastrophe sanitaire est aussi l'occasion pour nos gouvernants de remettre en cause un  peu plus nos libertés et le code du travail. Oui, ils ne perdent pas le Nord tout est bon même dans les pires situations.

Alors oui, tous ensemble faisons front à ce virus, mais ne perdons pas de vue que nous aurons à demander des comptes à ceux qui par dessus le marché continuent à spéculer et surfer sur ce "tsunami sanitaire". 

Eloi Martinez

 

 

Publié dans Coronavirus, Editorial

Partager cet article

Repost0

Le confinement ne doit pas être l'isolement, retrouvons le chemin de l'intérêt collectif et de la solidarité

Publié le

L'édito du jour

Les élections municipales passées, nous voilà de plain pied dans une crise sanitaire planétaire d’une extrême gravité. Un crise qui monte en puissance depuis plusieurs semaines. 

Pour des raisons politiques, l’exécutif l’a minimisée, le temps de laisser se dérouler la campagne des municipales. Le samedi 14 mars, veille du premier tour, le premier ministre a annoncé la fermeture de tous les commerces non essentiels à minuit mais que nous voterions tout de même le lendemain...

Le moment venu, ils devront rendre des comptes, mais l’heure est à agir de façon responsable, nous, ici à Valergues, partout dans le pays, et à exercer la solidarité, convaincre de rester chez eux celles et ceux, désinvoltes, qui pensent encore qu’on en fait trop et qui se moquant de ce qui arrive se foutent des consignes.

L'esprit français soi-disant gaulois a bon dos. Non, il s'agit de récalcitrants, qui semblent se dresser contre l'ennemi invisible en le défiant, comme si ainsi on faisait fuir le virus en lui montrant qu'on n'a pas peur de lui... Des attitudes irresponsables qui mettent en danger les autres et eux-mêmes.

Nous ne sommes pas qu'impuissants face à ce fléau que l’on n’attendait pas.

Nous pouvons nous confiner, pour ralentir la progression du coronavirus et permettre aux hôpitaux de faire face à l’afflux des malades. Respecter les consignes. Oui nous sommes dans une situation inédite et grave soyons lucides.

Nous sommes aussi solidaires de celles et ceux qui doivent travailler dans les hôpitaux mais aussi dans différents secteurs d'activités indispensables. Des salarié.e.s, des praticiens, souvent démunis des plus simples protections sanitaires. 

Alors, à Valergues aujourd’hui, dans ce contexte, les élections municipales et leurs débats qui ont agité le microcosme local, sont déjà loin derrière et loin de nos préoccupations.

C’est la solidarité qui doit prendre le dessus.

Le confinement ne doit pas être l’isolement, mais au contraire l’occasion de retrouver le chemin de l’intérêt collectif, le chemin de la solidarité.

Dans ce contexte et déjà depuis plusieurs jours, le journal de Valergues a décidé de se consacrer quotidiennement à son niveau à transmettre aux valerguois l’information utile, une sorte de service public de l’information locale.

N’hésitez pas à nous solliciter pour vos messages, à faire passer vos informations sur vos difficultés ou celles de vos proches, à nous questionner ou à formuler des propositions d'aide et d'entraide, nous relayerons immédiatement.

Ce vendredi 20 mars, de 7 h à 13 h le site du Journal a été visité près de 1000 fois, preuve de son utilité dans l’épreuve que nous tous traversons. La vidéo que nous avons publié du médecin généraliste de Baillargues a été à 14 h partagée près de 200 fois depuis ce matin. 

Courage à tous, le printemps est là en ce 20 mars, lui qui a toujours été le symbole du renouveau va nous donner la force de garder raison, pour ne pas mettre en danger les autres et soi même et aussi pour préparer « l’après », forts que nous serons d’une épreuve que nous n’aurions jamais imaginé traverser.

Bien à vous.

Prenez soin des vôtres et de vous même.

Eloi Martinez

 

Publié dans Coronavirus, Editorial

Partager cet article

Repost0