Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

16 articles avec chronique des municipales

Chronique des municipales (16)

Publié le

Le coronavirus perturbe

la campagne des municipales

A la veille d'un probable stade 3 dans le pays, il faut bien reconnaître que la crise de santé publique s'est bien installée et que nos actions sont désormais rythmées par les annonces et communiqués émanant du gouvernement, du Préfet, de l'ARS etc.

Ce matin Jean-Louis Suau qui conduit la liste "Avec vous pour Valergues" a pris une décision importante en concertation avec son équipe, celle d'annuler la réunion publique de ce soir. On peut imaginer la déception de celles et ceux qui s'y étaient préparés. Une réunion publique la veille d'une élection est toujours un moment fort d'échange avec la population.

On peut considérer que la décision est sage et qu'il ne serait pas de bon ton d'y mettre une quelconque autre interprétation.

Demain est programmée la réunion publique de Jean-Louis Bouscarain, maire sortant et tête de liste de "Valergues au cœur" rien ne filtre pour l'instant mais on imagine qu'il y a une réflexion sur le sujet.

Dans tous les cas, au delà des rivalités de campagne, il y a bien un domaine où il faut que le village soit solidaire, chacun là où il se trouve: c'est la santé publique.

Les valerguoises et valerguois en ces jours qui deviennent compliqués, doivent pouvoir se retrouver dès aujourd'hui et à partir de lundi aussi quelle que soit la situation pour affronter ensemble ce défi que nous n'attendions pas.

Eloi Martinez

Partager cet article

Repost0

Chronique des municipales (15)

Publié le

Photos Eloi Martinez
Photos Eloi Martinez
Photos Eloi Martinez
Photos Eloi Martinez
Photos Eloi Martinez
Photos Eloi Martinez
Photos Eloi Martinez
Photos Eloi Martinez
Photos Eloi Martinez

Photos Eloi Martinez

Le ballet des tractopelles, certains ont les boules

Ce jeudi après-midi, je me suis dit : tiens j'irais bien faire un tour voir les boulistes, moi qui ne le suis pas bouliste.

Sympa les boulistes, ils t'accueillent t'offrent un café. Des passionnés je vous dis, j'ai bien fait, en plus le  jeudi après-midi c'est concours, du coup je me suis attardé. 

Le boulodrome est situé après le stade Escala. Pendant que je regardais jouer mes copains, oui j'ai quelques copains qui jouent aux boules et copines aussi... N'y voyez aucune malice. Donc vous disais-je, pendant que les uns tiraient et les autres pointaient, mon attention fut attirée par un brouhaha de tractopelles.

Je découvrais alors que parallèlement au stade Escala le chantier d'un futur stade, pardon aire de grands jeux était en chantier et que les travaux allaient bon train.

Valergues sera bien équipée en matière de sport. On ne va pas s'en plaindre. Après, il peut y avoir débat sur la nécessité ou non de tel ou tel équipement. Il est vrai que si l'on se place dans la perspective d'un village à près de 3000 habitants dans les six années à venir, mieux vaut prévoir. Pour les écoles et le reste il le faudra aussi mesdames et messieurs les candidats des deux listes. En espérant que pour les écoles il ne faudra pas avoir à monter des préfabriqués à la hâte...

Bon, je me dis, il est temps de rentrer à la maison. J'emprunte l'avenue du stade dans l'autre sens et là, la dite avenue est bloquée par un tracto et un camion qui s'affairent comme s'il fallait faire vite sans se préoccuper des véhicules qui patientent. Je décide de ne pas faire demi tour et de voir si à un moment on me laisserait passer. J'ai alors osé un petit coup de klaxon. Un ouvrier très aimable est venu me dire "monsieur il faut patienter".  Ok.

Je ne ferai pas davantage de commentaires sur ces travaux qui semblent se faire dans la précipitation à moins de trois semaines des élections municipales. Tout le monde en parle certes, difficile de ne pas croiser un camion ou un tracto, mais Il ne faudrait pas que ça ait l'effet contraire de celui escompté...

Eloi Martinez

Partager cet article

Repost0

Chronique des municipales (14)

Publié le

Le dernier conseil municipal du mandat aura lieu le 26 février (photos archives Midi Libre Manuel Azorin)

Le dernier conseil municipal du mandat aura lieu le 26 février (photos archives Midi Libre Manuel Azorin)

Dans moins d'un mois le choix

se fera dans le secret de l'isoloir

Le 26 février 2020, aura lieu le dernier conseil municipal du mandat 2014 - 2020.

Depuis six ans, sauf au dernier conseil pour cause d'élections municipales en approche, personne dans le public. Très drôle d'ailleurs, que des personnes qui n'ont jamais mis les pieds dans la salle du conseil lors des séances en six ans, se trouvent subitement animées par une flamme citoyenne. 

Dommage, car la démocratie y gagnerait si les citoyens se préoccupaient un peu plus des affaires communales entre deux élections, plutôt que de donner mandat, déléguer et attendre l'échéance suivante pour reconduire ou évacuer l'équipe en place.

Une équipe aux compétences avérées, multiples et d'une grande diversité

Alors bien sûr, on nous promet monts et merveilles. Démocratie participative, référendums, conseils de quartiers et tutti quanti... Je serai tenté de dire chiche! si nous n'avions été échaudés tant de fois...

Le choix, puisqu'il s'agit de cela aujourd'hui, ne va pas être simple.

D'un côté, un prétendant volontaire et ambitieux (ce qui n'est pas forcément un défaut), entouré d'une équipe aux compétences avérées, multiples et d'une grande diversité d'opinions, avec un programme époustouflant, qui aurait quasiment pu être élaboré par un bureau d'études pour une grande ville. Ça donne envie. 

Le choix de la continuité avec une équipe non moins compétente

Combien ça coûte? pour l'instant on ne sait pas... Les impôts ne seront pas augmentés nous dit-on. Comme ils n'ont pas non plus été augmentés par l'actuel conseil, on se demande alors qu'il y a de plus en plus de transferts de charges sur les communes, comment vont être financés les projets?  A moins de vendre du patrimoine, comme les différentes municipalités à Valergues ont fait depuis trois décennies (terrains à la SNCF, ancien presbytère, ancienne mairie, ancienne parcelle du château d'eau, place Auguste Renoir...). 

Le choix d'un autre côté, avec un maire sortant, qui vient d'accomplir trois mandats, élu par une entourloupe en 2001. Un édile dont on connaît le côté autoritaire, mais aussi le côté rigoureux dans la gestion, ancien fonctionnaire à la DDASS du Gard connaissant bien les rouages de l'administration, mais surtout ayant malgré tout un bilan non négligeable. Le choix de la continuité avec une équipe non moins compétente et expérimentée.

La coûteuse construction de la salle Lucien Rioust

Un bilan non négligeable, hormis la coûteuse construction de la salle Lucien Rioust (plus d'un million et demi d'euros), qui aurait pu vu, le prix final, être conçue au départ comme une halle des sports servant de salle polyvalente, ce qui éviterait aujourd'hui un projet de halle des sports. Quels gâchis... 

Hormis aussi, le long processus de la réalisation du projet de la ZAC des roselières (aujourd'hui Sainte Agathe), ce en quoi, la majorité sortante n'est pas tout à fait responsable, puisque déjà la campagne des municipales de 2014 a été polluée par cette question. Les propriétaires mécontents du prix d'achat, de leurs terrains, qui leur était proposé, soutenus, par un promoteur et le prétendant aujourd'hui au poste de maire, ont attaqué en justice ce qui a largement retardé le projet de construction de logements qui à l'arrivée est aujourd'hui en cours de réalisation.

Un travail de la commission culture qu'il faut saluer

Je ne nie pas le droit des propriétaires de faire valoir leurs droits et aux promoteurs de vouloir récupérer du foncier pour leurs plus grands intérêts, mais force est de constater que le projet s'en est trouvé retardé.

Un bilan intéressant notamment sur le plan culturel, avec de nombreux spectacles et expositions, un travail de la commission culture qu'il faut saluer. Vie associative, fêtes, et festivals des fanfares soutenus, bien sûr peut mieux faire. Il est vrai qu'il manque de l'utopie dans les projets et un peu plus de dialogue et de concertation. Concertation par exemple, avec les associations, au moment de l’élaboration du projet de la salle polyvalente Lucien Rioust, cela aurait évité beaucoup d’erreurs coûteuses.

Du bétonnage parsemé de fleurs

Le choix qui se présente donc entre "les deux Jean-Louis" n'est pas simple, car il manque selon de nombreux valerguois.e.s une troisième voie, celle qui pourrait offrir à ce village une alternative raisonnable qui propose un urbanisme raisonné, et non du bétonnage parsemé de fleurs, même si l'idée de ceinture verte reprise du POS élaboré par Daniel Rieusset apparaît dans un des programmes. Elle ne rassure pas pour autant, car la ceinture verte entourant de nouveaux lotissements ne deviendra qu'un aménagement paysager que les futurs promoteurs n'auront pas à financer. je dis ça...

Nous ne priverons pas de continuer à commenter cette campagne

Les programmes commencent donc à être connus. Nous attendons avec impatience les réunions publiques. Quoi qu'il en soit, les électrices et les électeurs sauront faire leur choix dans le secret de l'isoloir.

En ce qui nous concerne, fidèles à notre ligne éditoriale, nous ne donnerons aucune consigne de vote, mais nous ne priverons pas de continuer à commenter cette campagne et à apporter les éléments de compréhension. Nous le disons à nouveau, nous sommes ouverts à tous les commentaires alors n'hésitez pas. Nous publierons vos "coups de gueule" vos propositions ou suggestions, vos réactions à nos articles. 

A bientôt pour une prochaine chronique.

Eloi Martinez

Partager cet article

Repost0

Chronique des municipales (13)

Publié le

Jean-Louis ou Jean-Louis? 

Un pas de plus vient d'être franchi dans la course aux municipales. Les deux listes déclarées se sont présentées aux valerguois.e.s. L'une, celle du maire sortant vendredi soir salle Lucien Rioust et l'autre, celle de Jean-Louis Suau, samedi midi même endroit. 

Deux Jean-Louis, deux styles différents, deux pratiques et expériences différentes. Tout d'abord les choix qui sont faits pour ces deux réunions publiques. "Valergues au cœur" opte pour une présentation faite individuellement, non pas sur scène mais au niveau du public alors que "Avec vous pour Valergues" semble vouloir prendre de la hauteur, en montant sur les planches et en frappant les trois coups.

Une scène bien orchestrée qui se veut "un coup de com" certes, mais qui, si on la décrypte, peut être à double tranchant. Gérer une commune ce n'est pas un jeu théâtral, on ne se met pas dans la peau d'un autre, on ne joue pas un personnage, on est d'abord soi-même avec ses valeurs, compétences et qualités pour être mieux au service des autres. Ce n'est ni du théâtre, ni du cinéma... 

Puis, le choix de ne pas donner la parole à chaque candidat pour se présenter, peut aussi être mal interprété. L'intention louable de faire parler les responsables des trois commissions ( environnement, urbanisme et vie du village), peut en effet vouloir dire que l'on privilégie le travail collectif. A contrario, ne pas permettre l'expression de chacun.e sous prétexte de ne pas rallonger la durée de la présentation laisse un sentiment de frustration pour le public venu pour ça.

Concernant Jean-Louis Bouscarain, il a semblé, lors de sa réunion, être très sûr de lui entouré d'une équipe de fidèles qui a fait ses preuves selon lui. Sûr de lui, car même s'il est devenu maire en 2001 par accident (Daniel Rieusset lui cédant sa place de maire, JL Bouscarain n'était pas tête de liste) il a bien été ensuite réélu deux fois par les valerguois.e.s en tant que tête de liste. Il s'est plu à rappeler, vendredi, qu'en 2014 il a été élu au premier tour alors qu'il y avait trois listes. Sûr de lui aussi, parce qu'il aurait selon lui le soutien de toute l'agglo du pays de l'Or, dont il est un des vice-présidents et puis les futurs projets sont déjà sur les rails sous entendant que le réélire cela facilitera leur réalisation

Ombre au tableau et il s'est bien gardé d'en parler, c'est le mauvais tour que Jean-Louis Bouscarain a joué à son premier adjoint, qui s'est coltiné tous les dossiers difficiles pendant ce mandat et qui aujourd'hui, sauf s'il décide de se présenter de son côté, ne sera plus un élu utile aux citoyens dans leur quotidien. Dommage.

Le maire sortant laisse entendre que c'est à la demande des conseillers qu'il repart. Tout n'était pas si clair il y a quelques semaines encore où certains élus envisageaient de quitter le navire Bouscarain... Quelles ont été les tractations, nous n'en saurons rien, mais Jean-Louis Bouscarain a au moins déjà gagné cette partie dans la campagne à savoir être plébiscité par la quasi unanimité de sa majorité.

On nous annonce de part et d'autre, c'est à dire les deux têtes de listes qu'il va y avoir la fête et que l'on reparlera de la campagne après cette trêve. Mais bien sûr... Et la marmotte...

Eloi Martinez

Partager cet article

Repost0

Chronique des municipales (12)

Publié le

Trente-huit peut-être cinquante-sept

qui s'engagent pour leur village

Elles et ils sont 38 à se présenter aux élections municipales à ce jour. Peut-être 57 si une troisième liste voit le jour.

En tout cas, quoi que l'on puisse penser des uns ou des autres et surtout des programmes que nous allons au fur et à mesure découvrir, il faut saluer la volonté d’œuvrer pour le village de la part de toutes et tous ces candidat.e.s. Partons de ce postulat. Imaginons que nous n'avons à faire qu'à des bonnes volontés citoyennes prêtes à œuvrer pour l'intérêt général. Comment pourrait-il en être autrement? 

Une campagne électorale n'est jamais une promenade de santé, c'est pour les têtes de liste une préoccupation constante souvent depuis des mois. C'est s'assurer de trouver les colistiers et s'assurer de la parité, c'est réfléchir au programme, c'est être à l'écoute des villageois, c'est éviter les pièges, c'est organiser, communiquer, dialoguer, réunir, proposer, débattre, c'est ne pas céder à la tentation de l'attaque personnelle, c'est respecter l'adversaire, avoir l'esprit sportif... Bref c'est beaucoup de choses, et même si on est entouré d'une équipe c'est aussi une grande solitude pour celui qui conduit la liste car il porte tout sur ses épaules de toute façon.

Alors demain soir, nous ferons plus ample connaissance avec la liste du maire sortant "Valergues au cœur" et samedi matin avec la liste "Avec vous pour Valergues" l'occasion de rencontrer ces valerguois.e.s. qui s'engagent pour leur village. Ce n'est pas rien et il faut toujours saluer l'engagement, ça n'enlève rien aux nécessaires débats et aux joutes indispensables dans toute bonne campagne qui se respecte. 

Eloi Martinez

Partager cet article

Repost0

Chronique des municipales (11)

Publié le

Exit le deuxième stade ?

Ce mardi 21 janvier 2020 la liste de Jean-Louis Bouscarain lance son offensive et entre en campagne.

Elle publie la photo de l'équipe "Valergues au cœur" au grand complet et les grandes lignes du programme municipal pour les six années à venir.

Du coup, la liste "Avec vous pour Valergues" emmenée par Jean-Louis Suau devra rapidement rattraper son retard. 

On note surtout dans le programme annoncé par l'équipe du maire sortant, l'absence de proposition d'un deuxième stade, objet de discorde et cheval de bataille de Jean-Louis Suau. Une halle des sports est projetée avec l'aide de l'agglomération du Pays de l'Or, ainsi que la création de nouvelles infrastructures sportives pour tous. Exit le deuxième stade... En tout cas il n'est pas annoncé dans l'immédiat.

L'équipe "Valergues au Cœur" entre donc en campagne en ôtant à "Avec vous pour Valergues" son principal os à ronger...

A noter que Jean-Louis Bouscarain sera sans nul doute épaulé et aidé dans cette campagne par Stéphan Rossignol, président de l'agglomération du pays de l'Or, dont il est proche.

Une difficulté pour Jean-Louis Suau qui a peu de soutiens politiques hormis son ami le député LREM Patrick Vignal, postulant pour être Maire de Montpellier et Président de la Métropole dévoreuse de villages.

Jean-Louis Bouscarain qui a rajeuni son équipe se sent ragaillardi et décidé à rester aux commandes.

La campagne devient d'un seul coup un peu plus intéressante...

Eloi Martinez

Partager cet article

Repost0

Chronique des municipales (10)

Publié le

Démocratie participative...

                          n'en restons pas au mots

Il y a deux mois, le 17 novembre 2019, j'écrivais notamment dans une de mes chroniques: 

Extrait

Deux mois après, il n'est jamais tard pour bien faire, Jean-Louis Suau qui sait puiser ailleurs les bonnes idées diffuse un nouveau courrier aux valerguois.e.s. Extrait:

 

J'entends déjà certain.e.s me rétorquer "non mais, pour qui il se prend celui là! il n'a pas le monopole des bonnes idées! " Non bien sûr, j'ai juste la volonté citoyenne et l'envie de voir se dérouler une campagne ouverte au débat et en effet où les habitant.e.s sont associés à l'élaboration des projets même si ce n'est qu'à la finalisation faute de mieux. Si la campagne s'engage dans ce chemin tant mieux. Si la démocratie participative ne reste pas un slogan et s'ancre dans la réalité valerguoise tant mieux.

Eloi Martinez

Partager cet article

Repost0

Chronique des municipales (9)

Publié le

La cérémonie des vœux

au cœur de la campagne des municipales 

Ce 11 janvier 2020, à pratiquement deux mois du premier tour des élections municipales, se déroule la traditionnelle cérémonie de vœux à la population.

Chaque année c'est l'occasion pour la municipalité d'énumérer les réalisations et évoquer les projets, puis chacun se retrouve entre amis autour d'un apéritif dînatoire. 

Ce soir l'équipe municipale ne dérogera pas à cette tradition, avec en plus une attente des valerguois.e.s: le maire va t-il annoncer son entrée officielle en campagne? Gageons que c'est le moment opportun pour le faire et d'ailleurs il est temps que celui qui n'envisageait pas, il y a quelques temps, un quatrième mandat, d'annoncer ses intentions.

Ce qui est sûr c'est que l'interview de Daniel Rieusset (voir le JDV d'hier) dans laquelle il dit qu'il ne souhaite pas que le maire actuel fasse aux valerguois "le coup" que lui même leur a fait en 2001 va tendre l'ambiance de cette soirée.

Ce soir tous les prétendants devraient être présents, et comme l'écrivait récemment un colistier d'une liste "la trêve des confiseurs est terminée". Oui certes, mais cela ne doit pas signifier que la campagne doit s'emballer et que les mauvaises querelles doivent prendre le pas sur le nécessaire débat serein et constructif.

En tout cas c'est le voeux de notre journal, qui reste le média le plus consulté quotidiennement par les valerguois.e.s et outil du débat des municipales. Nous pensons qu'il y a des compétences utiles au village dans toutes les équipes, de même qu'il y a certainement de bonnes idées et propositions. 

Pour avoir été présent, en montant des listes, à toutes les élections municipales depuis 1983 soit six fois, pour avoir été la cible de basses attaques à plusieurs reprises le long des mes quarante années de valerguois, je sais la difficulté de constituer une équipe, je sais la fébrilité qui peut s'emparer des uns et des autres, et les tentations d'en découdre quelquefois de façon malsaine.... Je sais tout ça. 

Je dirai simplement gardons raison: NOUS NE SOMMES QU'A VALERGUES un village où il fait bon vivre, où la tolérance, la convivialité, la solidarité doivent perdurer voire se développer, où traditions et festivités rassemblent, où la vie associative est riche et intense. Développer la démocratie participative, répondre aux besoins de la population, bien vivre et mieux vivre  ensemble voilà les véritables enjeux. 

Eloi Martinez

 

Partager cet article

Repost0

Chronique des municipales (8)

Publié le

La campagne manque de saveur

Début de campagne des municipales sous le signe de polémiques incompréhensibles pour les électeurs valerguois qui n'ont que des bribes d'information à propos d'un sujet secondaire. Celui du stade supplémentaire. Quel manque de saveur... Quel peu d'originalité... 

On nous parle de deuxième stade, de besoins en matière de sport... Mais oui, nous sommes tous d'accord que le sport est important pour la jeunesse. Et l'école, c'est pas important? Qui parle des besoins en infrastructures scolaires alors que la population va considérablement augmenter dans les six années à venir.

Oui c'est bien de disposer de nouvelles infrastructures sportives, le débat est en cours mais franchement pas fondamental pour l'avenir de Valergues.

Ceci étant, je ne pense pas que l'équipe opposante actuelle à Jean-Louis Bouscarain soit très affûtée sur le sujet. S'opposer à de nouveaux espaces sportifs juste pour des raisons électoralistes manque de consistance.

Nous attendons un peu plus d'arguments, pour le moment la liste de Jean-Louis Suau ne montre que de la polémique... Une volonté d'en découdre de la part de colistiers qui découvrent aujourd'hui un intérêt pour leur village... Mieux vaut tard... Ça ne fait pas un programme. 

Eloi Martinez

Partager cet article

Repost0

Chronique des municipales (7)

Publié le

La trêve des confiseurs...

La trêve des confiseurs...

A quel stade en sommes nous de la trêve des confiseurs?

Jean-Louis Suau évoquait récemment une "trêve des confiseurs" dans la campagne des municipales, mais dans la foulée il publie un communiqué concernant le dernier conseil municipal et le point concernant la création d'un futur terrain d'entraînement, déclenchant une riposte cinglante du chargé de communication Renaud Didier (voir nos précédents articles).

Mais au fait, d'où vient l'expression "trêve des confiseurs"?

"L'expression est apparue en France vers 1875, à l'occasion des vifs débats, à la Chambre, entre monarchistes, bonapartistes et républicains, sur la future constitution de la Troisième République. En décembre 1874, « d'un commun accord, tous les groupes de la Chambre jugèrent que l'époque du renouvellement de l'année était peu propice à des débats passionnés. À cette occasion la presse satirique imagine le mot de « trêve des confiseurs » » (Jules Lermina, Fondation de la République française, 1882). « Aux approches de Noël, par une sorte d'accord entre les parlementaires, on ne soulève pas de questions irritantes, qui, troublant l'esprit public, nuiraient aux affaires. Et même, afin de mieux vivre en paix, on se sépare, on se donne des vacances. Donc, point d'aigres propos et pendant cette accalmie, les marchands de sucreries, de gâteaux, de friandises, font, tout doucement, leur petit commerce. Les confiseurs jubilent, profitant de la suspension des hostilités à la Chambre, et cette tranquillité dont ils bénéficient s'est appelée la trêve des confiseurs »— T. Pavot, L'Intermédiaire des chercheurs et curieux, questions et réponses, communications diverses à l'usage de tous, littérateurs et gens du monde, artistes, bibliophiles, archéologues, généalogistes, etc. Volume 38, 20 septembre 1898. Source wikipédia"

Donc pour en revenir au débat en cours concernant ce projet d'équipement sportif, nous sommes loin d'une trêve. Non seulement il n'y a pas d'accalmie et contrairement à l'idée que c'est le moment où on ne soulève pas de questions irritantes, force est de constater que c'est le moment choisi par Jean-Louis Suau pour lancer une offensive anti majorité municipale sur un sujet sensible.

Le débat est lancé et on a le sentiment que le Maire et son équipe qui devrait en partie se représenter, ont compris qu'il était temps de rentrer de plain-pied dans la campagne.

L'attentisme face à la détermination d'une équipe aux ambitions clairement affichées n'est plus de mise.

Jean-Louis Bouscarain mettra t-il à profit la cérémonie des vœux à la population le 11 janvier pour annoncer officiellement ses intentions ? On a compris qu'avec la réponse de Renaud Didier, fidèle lieutenant de Jean-Louis Bouscarain, adressée à Jean-Louis Suau que la campagne est déjà bien engagée.

Eloi Martinez

 

 

Partager cet article

Repost0

Chronique des municipales (6)

Publié le

Quelques idées pour débattre

Bon, on y est. Ça commence à bouger. Cette campagne des municipales à Valergues a du mal à prendre son envol, mais une liste est déjà peu ou prou sur le terrain. Concernant l'ex maire Daniel Rieusset à ce jour celui-ci reste dans l’ambiguïté.

Nous attendons avec impatience que se déclinent les grands thèmes de la campagne. Nous savons déjà qu'il y a une pierre d'achoppement entre la liste conduite par Jean-Louis Suau et celle du maire sortant dont on ne connaît pas encore la composition, il s'agit du projet de deuxième stade. 

La liste "Avec vous pour Valergues" pour ce que nous savons, se dit opposée à ce projet défendu par Jean-Louis Bouscarain et son équipe.

Quid du distributeur de billets? dossier que j'ai moi même porté au conseil municipal et défendu. Il semblerait qu'il sera finalement à l'ordre du jour du prochain conseil du 11 décembre.

Ce distributeur dont j'ai été le seul à soutenir son installation semble désormais intéresser les candidats en campagne. 

Et puis, on aimerait bien savoir concernant l'incinérateur, la position réelle des uns et des autres, pour le moment personne n'est clair et tout le monde se garde bien d'évoquer le projet d'usine de méthanisation avancé par le Pays de l'Or qui pourrait bien atterrir sur Valergues...

Enfin, comment se positionnent les prétendants quant à la situation sociale et même s'ils n'y sont pour rien, quelles positions prennent-ils en soutien des différents mouvements qui vont s'amplifier dans les jours qui viennent?

En conclusion, il faudra savoir aussi, comment les listes se positionnent par rapport aux scores du FN à Valergues. Des scores qui ont conduit le Maire de Valergues à autoriser il y a quelques semaines une réunion régionale de ce parti.

Espérons que les candidats ne céderont pas aux sirènes sécuritaires pour séduire l'électorat frontiste et qu'il soient davantage dans la création de lien social que dans la délation et la vidéo surveillance. 

A bientôt pour une prochaine chronique.

Eloi Martinez 

 

Partager cet article

Repost0

Chronique des municipales (5)

Publié le

Alors, il arrive le débat démocratique ?

 

Bientôt décembre, bientôt Noël et bientôt donc ce que l’on appelle la trêve des confiseurs. En attendant, les candidats déclarés, ou non, fourbissent leurs armes ou tout au moins affinent leur stratégie pour les prochaines élections municipales.

Les premières joutes vont-elles se dérouler avant la trêve, ou vont-elles avoir lieu l’année prochaine…

Dans l’attente, les valerguois sont privés de débat démocratique pour savoir à quelle sauce ils seront mangés.

C’est bien ce qui pêche pour les différentes listes, aucune ne veut ouvrir le bal trop tôt. Dommage nous pourrions gagner en clarté et en transparence.

Cette attitude n’est pas de bon augure, et tendrait déjà à montrer qu’aucune des listes de se préoccupe de ce qu’on à dire les valerguois.

Alors, qui va se décider à aller à leur rencontre dès maintenant pour activer enfin le débat démocratique qu'attendent les habitants ?

Quelle liste aura la bonne idée d'élaborer son programme en faisant participer les valerguois?

Ou va t-on nous concocter un programme fourre tout du prêt à gérer en quelque sorte ?

Un programme électoral ne doit pas être une pochette surprise, mais bien l'émanation de la volonté des citoyens et de l'expression de leurs besoins.

 

Eloi Martinez

Partager cet article

Repost0

Chronique des municipales (4)

Publié le

Le JDV avec vous pour informer, expliquer, commenter, susciter le débat

Depuis plusieurs décennies chaque élection municipale donne lieu à des campagnes avec des débats ou des semblants de débats, quelques fois à des invectives et à des coups tordus, je suis bien placé pour le savoir pour en avoir été la victime lors de précédentes campagnes et plus particulièrement en 2014.

Aujourd'hui j'ai franchi un cap. J'ai décidé de passer à autre chose, la quête du pouvoir municipal ne m'a jamais enthousiasmé sauf pour être utile aux habitants. Perso, je n'ai pas de terrains à faire lotir et aucun autre intérêt dans ce village que celui d'être utile à mes concitoyens. Je ne roule pour personne, je comprend que ça puisse en surprendre certains qui se plaisent à juger les autres à l'aune de leurs propres comportements et agissements... 

Alors, loin d'être désabusé, usé, fatigué ou même aigri, comme certains se berçant d’illusions, aimeraient me décrire, je suis plutôt dans une résurrection. Oui je change mon fusil d'épaule (pacifiquement), pour simplement me consacrer à mon métier qui est d'informer, expliquer, commenter, donner à comprendre, susciter le débat, être utile à mon village, à ses habitants, faisant confiance encore et toujours en leur capacité de jugement et en leur esprit critique qui peut être salvateur. Les apparences, le paraître, ne font pas une politique municipale. Cherchez la sincérité, intéressez vous aux contenus et non aux enveloppes toujours belles et attirantes. 

Pour la première fois donc depuis plusieurs décennies, les valerguois vont pouvoir se faire une opinion indépendamment des professions de foi des candidats et des déclarations de bonnes intentions.

En effet, le Journal de Valergues, qui a succédé à mon blog Vivre à Valergues que j'avais créé en 2008 a commencé à alimenter le débat des municipales et donnera la parole à tous les candidats qui le souhaitent. Aucune obligation bien sûr, mais les absents ont souvent tort. Le JDV se met donc au service d'une campagne municipale honnête et sans coups bas, enfin espérons le, qui donne à comprendre les enjeux pour l'avenir du village. Soyez assurés que j'y veillerai en toute objectivité bien évidemment.

Bien à Vous.

Eloi Martinez

Partager cet article

Repost0

Chronique des municipales (3)

Publié le

Rencontre avec Daniel Rieusset

"Je ne monterai pas de liste mais je reste disponible pour apporter mes compétences à mon village"

Il a été Maire de Valergues de 1995 à 2001 puis conseiller municipal de 2001 à 2008. Retiré de la vie politique municipale pendant quelques années, il est resté un fin observateur de la vie de son village. Depuis quelques mois il ne faisait pas mystère de ses intentions de mettre en place une liste pour les municipales de mars 2020.

Le choix entre ce qu'il appelle "les deux Jean-Louis"  ne lui convient pas. Il s'en explique ici, comme il explique aussi qu'il renonce à monter une liste dont, dit-il, il ne souhaitait pas être à la tête. Cependant il se dit disponible pour apporter ses compétences pour son village et pourquoi pas être sur une liste qui irait dans le sens qu'il attend. Daniel Rieusset a accepté de répondre à nos questions afin d'éclairer les valerguois sur ses motivations pour Valergues. 

Le Journal de Valergues

Daniel Rieusset, où en êtes-vous de votre volonté d'être présent aux municipales en montant une liste? 

Daniel Rieusset

Je vais clarifier ma position, il y a deux Jean-Louis (Bouscarain et Suau n.d.l.r.) ni l'un ni l'autre ne me satisfont. Le maire actuel après dix-huit ans donc trois mandats n'a pas selon moi mené la politique qu'il fallait mener à Valergues, se battre contre la dérive de village dortoir. Sur des dossiers très importants comme le TGV les compensations pour Valergues ont été ridicules eu égard aux dommages causés sur notre territoire. Je prendrai exemple le non recalibrage de la route sous la voie ferrée où un terrible accident a failli coûté la vie à un enfant de Valergues il y a de ça quelques années en arrière. Ce point noir de Valergues n'a même pas été traité lors des discussions sur le passage du TGV et ses conséquences. On aurait pu imaginer aussi que l'on mette un mur anti-bruit sur la voie ferrée existante, que Valergues soit traitèe à hauteur du préjudice ou tout au moins avoir quelques compensations qui ne sont pas arrivées.

Le JDV

Sur quels autres dossiers êtes-vous critique?

D.R. 

Le dossier sur lequel je suis extrêmement critique est celui de l'urbanisme. Nous avions révisé le POS en deux ans, eux ils ont mis plus de douze ans pour le réviser amenant Valergues à être traité par le règlement national d'urbanisme (RNU) * ce qui a permis de favoriser certaines personnes en contradiction totale avec le concept que le conseil municipal avait décidé et par ailleurs des gens qui avaient des terrains à bâtir ont été spoliés, ces terrains sont redevenus agricoles. La bêtise de cette mairie va encore plus loin: le terrain qui était destiné au projet de poney club a été rendu à l'agriculture...

...dans les dossiers TGV, urbanisme et environnement c'est très en dessous de la moyenne...

On avait, nous, doté ce terrain d'un règlement idoine pour pouvoir doter notre village d'un poney club. Par ailleurs 20 permis de construire ont été accordés pour le lotissement de la grande terre, j'avais proposé en tant que paysagiste qu'au dessus du mur en pierre avenue du stade on puisse monter un espace vert d'un mètre afin de dissimuler les clôtures. Ce qui est plus grave c'est qu'en fin de mandat on fait monter la courbe de la population de manière exponentielle. Ont-ils analysé l'influence sur l'école, ont-ils analysé le côté village dortoir. En cette fin de mandat la municipalité impacte Valergues de manière importante, car en matière d'urbanisme, ça été très mal géré. Je veux tout de même rendre hommage à Gérard Ligora qui a fait du bon travail. Les autres dossiers, je ne les connais pas vraiment, côté école je pense que ça été bien géré, mais dans les dossiers TGV, urbanisme et environnement c'est très en dessous de la moyenne. Il y a une chose qui pour moi a été positive, c'est la décision d'intégrer la communauté de communes du Pays de l'Or devenu par la suite l'agglomération du Pays de l'Or.

Le JDV

Que préconiseriez-vous pour Valergues?

D.R.

Il y avait une idée de base qui est dans l'air du temps, c'est de doter Valergues d'une ceinture verte qui entourerait les zones urbanisées, nous l'avions d'ailleurs révélé très fort lors de l'élaboration du POS, avec l'objectif que la terre de Valergues nourrisse la population de Valergues. Aujourd'hui je sais que c'est utopique, mais je citerai la phrase de Pierre Rabhi "quand on va se mettre à table on ne vous souhaitera plus bon appétit, on vous souhaitera bonne chance". Que la terre produise des légumes, donne du travail à ses enfants car il y a un volet social très fort dans ce projet là. D'ailleurs on va le prouver avec le jardin de la rivière et son côté social et de création d'emploi. Je crois avoir les compétences, j'ai fait le petit paradis et les petits fermiers j'en suis à l'origine. Je sais faire, moi, c'est ça qui me guide.

Le JDV

Finalement quelle est votre décision pour les municipales, vous y allez ou vous n'y allez pas?

D.R.

Ma vision politique est simple, il y a deux Jean-Louis, Jean-Louis Bouscarain ne me satisfait pas, je l'ai expliqué; quant à Jean-Louis Suau, il est opposant mais en tant que tel il est zéro pointé. Il n'a eu aucune force de critique et il n'a eu aucune force de proposition pendant les six dernières années. De plus lorsqu'il a annoncé sa candidature la première fois, il a mis en avant comme premier dossier le dossier de l'incinération comme si on avait attendu Jean-Louis Suau pour s'occuper de l'usine d'incinération.

...Combattre le village dortoir et rendre la famille valerguoise solidaire voilà ce que je préconise ...

En plus un maire doit apporter la joie, l’enthousiasme et lui, le premier dossier qu'il sort, c'est un dossier qui dévalorise Valergues, pour moi cet homme là, qui est gentil au demeurant, qui est généreux, qui donne de son temps, n'a clairement pas de sens politique. Pour revenir à ma décision, ma démarche a été de créer une troisième liste alternative avec ce projet de ceinture verte, mais aussi avec d'autres projets innovants, je l'ai toujours exprimé dans tous mes discours, ma ligne politique est que Valergues ne devienne jamais une village dortoir, c'est d'être à fond derrière le tissu associatif, d'être dans la créativité, dans la joie, dans le partage... Combattre le village dortoir et rendre la famille valerguoise solidaire voilà ce que je préconise aussi.

...je reste disponible pour être dans une liste. Je suis un citoyen de Valergues engagé...

Pour répondre à la question, je ne suis pas indifférent à ce qui se passe, mais à titre personnel je vais développer le jardin de la rivière (un espace vert que Daniel Rieusset a créé au Nord de la voie ferrée en bordure de la Viredonne n.d.l.r.), parce qu'au delà des mots je veux prouver aux valerguois qu'on peut faire un jardin périphérique tout autour de Valergues, beau, nourricier, ludique social... Moi aujourd'hui j'ai 65 ans je connais mes limites, je connais mon énergie et je sais que je n'ai pas assez d'énergie pour être maire de Valergues, je me suis battu pour trouver une autre tête de liste pour fédérer d'autres personnes. Je reste disponible en tant que professionnel du paysage, pour mettre en oeuvre la ceinture verte, je reste disponible pour être dans une liste. Je suis un citoyen de Valergues engagé. Si une personnalité émerge et prend la responsabilité d'une liste et qu'on me sollicite je répondrai présent à certaines conditions bien sûr.

Propos recueillis par Eloi Martinez

 

Bien qu’il s’agisse d’une réglementation nationale, le RNU ne prime pas sur les documents locaux. En matière d’urbanisme, il a vocation à combler l’absence ponctuelle d’une réglementation locale, établie à l’échelle d’une commune ou d’un regroupement de communes. Ces règles nationales ne s’appliquent donc, localement, qu’en l’absence d’un plan d’urbanisme local dûment établi. C’est donc une sorte de paravent, une protection minimale contre l’urbanisation sauvage pour les communes n’ayant pas pu établir une politique d’urbanisme qui leur est propre.

Partager cet article

Repost0

Chronique des municipales (2)

Publié le

Deux, trois ou quatre listes...

Donc, pour se résumer : un candidat déclaré, un maire qui veut se représenter mais qui ne l’a pas annoncé officiellement, un ex-maire qui veut reprendre du service, un premier adjoint en disgrâce…

Voilà grosso modo la situation à un peu moins de cinq mois des élections municipales dans notre village.

Côté majorité municipale on met les bouchées doubles, ce qui est normal, car quelle meilleure situation que celle d’arriver aux élections avec un bilan « globalement positif ».

Côté liste « d’opposition » (les guillemets sont importants…) on s’active, le candidat déclaré peaufine sa liste et son programme.

Côté Premier adjoint le malaise est palpable au sein de la majorité, l’homme a été de tous les dossiers y compris les plus ardus, il reste un des éléments le plus compétent et rigoureux de l’actuelle municipalité, que va-t-il décider ?

Côté ex-maire, on connaît l’homme, gentil utopiste mais politicien pragmatique, il tente un retour sur la scène des municipales, ira-t-il au bout de son désir ? Tout est possible mais il semble en difficulté pour trouver des colistières et colistiers.

D’ici peu allons nous y voir plus clair sur ce qui se dessine dans le paysage des municipales ?

A bientôt pour une prochaine chronique.

Eloi Martinez

 

Partager cet article

Repost0

Chronique des municipales (1)

Publié le

 Ne jetons pas le bébé avec l'eau du bain

Coucou! Bonjour! Voilà le premier papier de ma nouvelle chronique des municipales à Valergues.

Ce matin, j'ouvre le journal régional et page 3 en haut de page que vois-je? Jean-Louis Suau confirme dans le grand quotidien régional sa candidature dont nous nous sommes déjà fait l'écho ici à plusieurs reprises.

L'ancien chauffeur des élus de Montpellier et ancien employé à l'imprimerie de Midi Libre gradue sa campagne et semble monter doucettement en puissance.

Celui-ci était arrivé second aux municipales de 2014 avec 25 % des voix, selon lui il est logique et cohérent qu'il se représente, soit. Rappelons que Jean-Louis Bouscarain avait été élu au premier tour avec 57,87%.

"Apporter de la nouveauté par rapport à des personnes qui sont là depuis plusieurs mandats"... Quand il dit ça Jean-Louis Suau semble oublier qu'il n'y a jamais eu autant de turn-over au conseil municipal que depuis trois mandats.

Il devrait distinguer, les historiques: Jean-Louis Bouscarain et Gérard Ligora (l'adjoint qui officiait déjà du temps de Daniel Rieusset) et les autres. Certes quelques-uns sont là depuis trois mandats mais là n'est pas l'essentiel.

L'essentiel c'est comment à chaque mandat certains s’arrangent pour ouvrir les listes à des nouveaux tout en gardant la maîtrise des "affaires"...

On peut noter, et pour mettre au positif certains aspects de la politique municipale de l'actuelle majorité, que de nombreux élus font non sans rencontrer des difficultés, un travail intéressant pour ne pas dire remarquable: parlons de la commission culture qui depuis 2014 offre aux valerguois une palette d'initiatives dans divers domaines (expos, théâtre, patrimoine...).

Parlons aussi du travail dans l'ombre du comité communal d'action sociale (CCAS) qui soulage la peine des valerguois les plus en difficulté...

Parlons aussi de la lutte pour l'environnement et notamment concernant l'incinérateur, reconnaissons que le maire, que je n'épargne pas quand je le juge nécessaire, est présent à toutes les manifestations pour réduire l'incinération des déchets. On aimerait bien voir les nouveaux écolos valerguois candidats 'aujourd'hui être présents sur le terrain.

Pour résumer par une formule bien connue: "ne jetons pas le bébé avec l'eau du Bain".

Il y a dans le bilan de la majorité sortante de bonnes choses et des élus qui font leur travail d'élu proche des gens et à leur écoute, et puis il y a aussi dans cette même majorité, au sein de l'exécutif, une dérive autoritaire et un manque de transparence, chose en effet récurrente depuis plusieurs mandats.

Bien sûr, quand on mène une campagne des municipales il faut s'affirmer et se projeter, avancer des propositions, solliciter les habitants, concerter... Il faut aussi faire preuve d'humilité. 

A bientôt pour une prochaine chronique des municipales.

Eloi Martinez

 

Partager cet article

Repost0